Congo-Kinshasa: Bruno Miteyo - «Etienne Tshisekedi, une vie mystérieuse intimement attachée à un mercredi»

Bruno Miteyo parle d'une vie mystérieuse d'Etienne Tshisekedi

Etienne Tshisekedi est immortel dans les mémoires des Congolais. C'est le cas du Chef de la Maison Civile du Chef de l'Etat, le Docteur Bruno Miteyo Nyenge, qui n'a pas oublié comme chaque 14ème jour du mois de décembre, l'anniversaire de la naissance du Sphinx de Limete.

En ce lundi 14 décembre 2020, le Père de Son Excellence Monsieur le Président de la République aurait totalisé 88 ans d'âge s'il était encore en vie. L'occasion pour le Chef de la Maison Civile du Chef de l'Etat de rappeler l'histoire d'un mercredi, assez mystérieux et mystique.

Destin ou coïncidence ? Je me pose la question et vous vous la poserez surement. Il y a un jour de la semaine qui pique ma curiosité dans l'histoire d'Etienne Tshisekedi. C'est le mercredi. Les autres jours sont bel et bien rentrés dans son parcours, parce que l'histoire on l'écrit à chaque instant. Mais le mercredi avait le sort de cet homme.

Comment expliquer que c'est le mercredi qui le donne au monde, et c'est encore le mercredi qui le retire de la terre ?

L'histoire de la vie commence un mercredi

Le mercredi 14 décembre 1932 a donné au monde Feu Etienne Tshisekedi. Et l'histoire d'une légende, d'un mythe mieux d'un combattant de la liberté débute à cette date à Kananga. Pourtant c'est un mercredi ordinaire qui n'a rien d'impressionnant. Est-ce la naissance du Moïse congolais ? Les faits semblent le confirmer plus tard surtout lorsqu'il s'opposera à la dictature de Monsieur Mobutu.

Imaginez entre autres un pays où personne n'était autorisé à porter une cravate, qu'aucune femme ne pouvait porter le pantalon, où tous naissaient membres du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR), Parti Etat, que personne n'avait le droit de créer un autre parti... C'est comme si on était en Corée du Nord.

C'est cela qu'ont vécu les Zaïrois durant les années 60 et 70. Tout doit changer. A la manœuvre, 13 Parlementaires (dont Etienne Tshisekedi wa Mulumba faisait partie) se décident, le 02 décembre 1980, d'écrire une «lettre ouverte au Président de la République ». La missive surprend le roi du Zaïre. Le mercredi 03 décembre 1980, ces treize membres du MPR sont aux arrêts. Ils sont déchus de leurs mandats parlementaires et jetés en prison.

Le combat politique très attaché à mercredi

C'est un grand duel qui se déclare entre Joseph Désiré Mobutu et Etienne Tshisekedi. (Tshisekedi a, entre temps, volé la vedette aux autres Parlementaires). Cette arrestation de « mercredi » lui ouvrira une carrière d'opposant. Tshisekedi saisit sa chance. Il est encore sur la sellette, avec d'autres amis, du 15 février à mercredi 17 février 1982. L'homme et ses amis défient Mobutu en créant l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Un concurrent du MPR ? C'est du jamais vu. Les fondateurs sont arrêtés et condamnés à 15 ans de prison ferme. Les jours suivants, c'est l'histoire de prison, violences physiques qui se répète contre Etienne Tshisekedi. C'est par exemple quand il est placé en résidence surveillée, à partir du mercredi 1er mars 1989, Quatorze mois au total doivent s'écouler jusqu'à sa libération le mercredi 25 avril 1990.

Le retour à Kinshasa un mercredi

Mais l'histoire récente du «Sphinx de Limete» retient encore deux mercredis : un jovial et un autre triste. Nous sommes le 27 juillet 2016. C'est un mercredi. L'opposant regagne Kinshasa après deux ans passés en Belgique pour des soins médicaux. Je me rappelle encore cet accueil chaleureux lui réservé.

Plusieurs milliers de gens, qui arboraient différents drapeaux des partis politiques de l'opposition, s'étaient massés tout le long du Boulevard Lumumba pour accueillir le Président de l'UDPS. Jeunes et vieux, hommes et femmes, tous avaient fait le déplacement, soit de l'aéroport de N'djili soit de la 10ème rue où se trouvent la permanence de l'UDPS et la résidence d'Etienne Tshisekedi.

Quelle joie de retrouver ce grand politicien I L'espoir, à la Majorité présidentielle tout comme à l'Opposition, était de le voir jouer un rôle important dans les négociations politiques annoncées sur la question de la succession de Joseph Kabila, arrivé fin mandat. Mais les choses iront autrement. Le dialogue en question vivra son histoire.

Triste fin de l'histoire un mercredi

Mais le mardi 24 janvier 2017, six mois après son retour à Kinshasa, Etienne Tshisekedi est rapatrié en Europe. La nuit du mardi 24 à mercredi 25 janvier, il la passe à Bruxelles pour des soins médicaux. Le dur, le point final de sa vie devrait être posé, sur cette longue lettre, vieille de quatre-vingt-quatre ans, le mercredi 01er février 2017. Et comme me rappelle souvent un ami, «la vie d'un homme est une phrase inachevée dont le sens n'apparaît clairement qu'à sa mort. Mais là encore avec des pointillés ». Etienne Tshisekedi en était une.

C'est donc un autre mercredi qui vient, cette fois-ci, retirer le baobab de la scène politique congolaise en l'arrachant brutalement à l'affection de ses compatriotes. Celui-ci, fatidique et insupportable, emporte tout. Il avait sa mission : achever l'histoire des mercredis dans la vie du «Lider maximo».

Le 88ème anniversaire de naissance du Lider Maximo, le 14 décembre, intervient le jour où son fils, Son Excellence Monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, Président de la République et Chef de l'Etat prononce son discours sur l'état de la Nation devant le Congrès. Simple coïncidence ou un destin ? La mise de la RDC sur l'orbite du développement sera-t-elle liée à un mercredi ? Qui vivra verra !

Kinshasa, le 14 décembre 2020

Dr Bruno Miteyo Nyenge

Chef de la Maison Civile du Chef de l'Etat

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.