Cameroun: Escroquerie sur le carnet jaune de vaccination - Le père Ludovic Lado écrit au ministre de la santé

16 Décembre 2020
document

Le Père Ludovic Lado, Pèlerin de la justice et de la paix, prêtre jésuite camerounais vient d'adresser une lettre ouverte à Monsieur MALACHIE MANAOUDA, ministre de la Santé publique du Cameroun, pour dénoncer les magouilles autour du carnet jaune de vaccination qui selon lui ternit l'image du Cameroun.

L'intégralité de sa correspondance au ministre de la santé publique du Cameroun en dessous.

Excellence M. le ministre,

Je vous écris au nom de la justice, mais surtout du bon sens, pour porter à votre attention une escroquerie publique autour du carnet jaune de vaccination qui ternit l'image du Cameroun dans les aéroports du Cameroun. Sauf bien sûr si c'est le business de quelqu'un en haut lieu comme on en connaît au Cameroun. J'en ai été victime ce matin à l'aéroport de Douala et franchement c'est aberrant! De quoi s'agit-il ?

Tous les voyageurs connaissent le fameux carnet international de vaccination de couleur jaune que l'on obtient en se faisant vacciner contre la fièvre jaune et bien d'autres maladies. Mais seul le vaccin contre la fière jaune est réputée obligatoire au niveau des ports d'entrée et de sortie de beaucoup de pays. Dans le passé, on devait le renouveler tous les dix ans. Mais la position de l'OMS depuis 2013 est que ce rappel n'est plus nécessaire comme on peut le lire dans ledit carnet : « Une dose unique de vaccin antiamaril suffit pour conférer une immunité protectrice contre la Fièvre Jaune TOUT AU LONG DE LA VIE ; l'administration d'une dose de rappel n'est pas nécessaire. »

Je me plains de quoi ? J'arrive à l'aéroport de Douala ce matin. D'abord, je suis agréablement surpris par le nouveau dispositif de lutte contre covid-19 qui impose aux voyageurs à l'arrivée de passer par une porte de désinfection à vapeur puis de se faire tester avec résultat immédiat pour une durée d'environ 1h de temps. C'est bien mais on se demande pourquoi on exige encore le test PCR au départ, mais bon... c'est déjà ça. Pourvu que ça dure. La santé n'a pas de prix. Mais ce n'est pas ça mon problème.

Mon problème est que quand j'arrive devant les deux femmes qui contrôlent le carnet jaune avant le contrôle police, je tends mon carnet à l'une d'elles. Elle scrute la date et me fait savoir que c'est périmé de deux mois. Je lui réponds que s'il s'agit de la fièvre jaune, son vaccin ne se périme plus après dix ans et que par conséquent on ne saurait plus parler d'un carnet périmé. Simple logique aristotélicienne ! Mais elle insiste que je dois payer 5900 FCFA pour avoir un nouveau carnet. Je lui demande comment le tarif est fixé. Elle me montre un papier affiché sur la vitre de son comptoir sur lequel il est écrit : vaccin 5000 FCFA ; Carnet de vaccination : 900 FCFA. Je répète à la dame que comme le vaccin ne se périme pas et que mon carnet qu'elle a entre les mains montre bien que j'ai bel et bien été vacciné dans le passé, je vais payer pour un nouveau carnet à 900 FCFA. Mais rien à faire. Je dois payer 5900 FCFA pour avoir un nouveau carnet mais sans me faire vacciner. Je lui réponds que ce n'est pas logique. Elle me fait savoir que je n'ai qu'à écrire au ministre. C'est ce que je fais, monsieur le ministre. Agissent-elles sur vos hautes instructions ?

Je peux comprendre qu'on exige le montant total de 5900 FCFA d'un passager qui n'a pas de carnet du tout. Mais là encore, il faut effectivement le vacciner. Mais faire payer ce montant à un passager qui a déjà une carte de vaccination mais qu'on décrète périmée pour un vaccin qui protège désormais pour toute la vie est une grosse escroquerie publique qui n'honore pas ce pays. Je vous prie d'y mettre un terme. Pendant que je cherchais à faire entendre raison à nos chères deux dames, j'ai entendu un autre passager qui s'est présenté comme « fonctionnaire international » relever l'incohérence de cette même arnaque publique qui défie toute logique. Comment en arrive-t-on là dans un aéroport, la porte d'entrée d'un pays. Le Cameroun ne mérite pas cela et je vous prie d'y mettre un terme.

Recevez, excellence Monsieur le ministre, nos vœux les meilleurs pour les fêtes de fin d'année.

Ludovic Lado, Jésuite, Pèlerin de la justice et de la paix

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.