Afrique: Facebook annihile des tentatives d'influence venues de France et de Russie

Image de promotion de Facebook

Facebook vient de démanteler sur sa plateforme trois réseaux de faux comptes impliqués dans des activités d'ingérence en Afrique. Deux d'entre eux sont originaires de Russie et le troisième de France. L'information a été fournie par le géant du web dans une conférence Zoom organisée le 15 décembre.

Ces dernières années, les tentatives extérieures d'influence des débats publics africains se sont multipliées, notamment sur les réseaux sociaux. Après avoir combattu, à plusieurs reprises, ces réseaux d'influences visant les pays africains, notamment en période électorale, Facebook a renforcé ses méthodes de lutte contre ces pratiques.

Le premier réseau, d'origine française, était composé de 84 comptes Facebook, 6 pages, 9 groupes et de 14 comptes Instagram. Ils étaient tous gérés depuis la France et actifs pour certains depuis 2018. Un véritable réseau de trolls a été démantelé et supprimé par Facebook et qui visait principalement la République centrafricaine et le Mali, et dans une moindre mesure le Niger, le Burkina Faso, l'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Tchad.

Selon le réseau social, les personnes derrières ce réseau français sont « proches de l'armée » et agissaient de manière coordonnée pour influencer l'opinion publique.

Ces groupes qui se rendent coupables de « comportement non authentique coordonné », selon les politiques du réseau social, tentent généralement d'influencer les débats publics africains en faveur de tiers ou des intérêts des pays d'origine du réseau d'influence. Néanmoins, les réseaux démantelés cette fois-ci par Facebook présentent une particularité. Comme l'a expliqué Nathaniel Gleicher, chef de la stratégie de cybersécurité chez la multinationale basée à Menlo Park : « c'est la première fois qu'on observe des réseaux interagir, dans le but de montrer que l'autre diffuse de fausses informations ou est juste inauthentique ».

Comme dans les cas précédents, les personnes à l'origine de ces tentatives d'influence se sont coordonnées et ont utilisé de faux comptes comme élément central de leurs opérations « pour tromper sur leur identité et sur ce qu'elles font », explique Facebook. « Lorsque nous enquêtons sur ces comptes et que nous les supprimons, nous nous concentrons sur le comportement plutôt que sur le contenu, peu importe qui est derrière ces opérations, ce qu'elles affichent ou si ses initiateurs sont étrangers ou des nationaux », précise le réseau social.

Les réseaux que vient de démanteler Facebook ciblaient, en Afrique et parfois au Moyen-Orient, les personnes qui se trouvent en dehors de leur pays d'origine.

Les faux comptes ont servi à publier et commenter des contenus, à gérer des pages et des groupes, en français et en arabe. Les sujets traités concernaient souvent l'actualité sur la politique française en Afrique francophone, la situation sécuritaire dans divers pays africains, mais également des soupçons d'interférence de la Russie dans les élections en République centrafricaine (RCA). Les faux comptes de ce réseau ont également publié massivement des commentaires de soutien à l'armée française.

« Bien que les personnes derrière cette activité aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, notre enquête a trouvé des liens avec des individus associés à l'armée française », révèle Facebook. Environ 5 000 comptes ont suivi une ou plusieurs des pages de ce réseau. Environ 1 600 comptes ont rejoint un ou plusieurs de ses groupes et près de 200 personnes ont suivi un ou plusieurs de ses comptes Instagram.

Une combinaison de faux comptes

Le second réseau d'influence, d'origine russe, comptait 63 comptes, 29 pages et 7 groupes sur Facebook, en plus d'un compte sur Instagram. Il s'est principalement concentré sur la République centrafricaine (RCA), et dans une moindre mesure sur Madagascar, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Mozambique, l'Afrique du Sud et la diaspora centrafricaine en France. Contrairement au réseau français, le réseau russe s'appuyait essentiellement sur des ressortissants locaux de la République centrafricaine et de l'Afrique du Sud.

Le réseau utilisait une combinaison de faux comptes pour commenter en français, en anglais, en portugais et en arabe des informations sur la Covid-19 et le vaccin russe contre le virus. Le réseau a également abordé les élections en RCA, le terrorisme, la présence de la Russie en Afrique subsaharienne. Des critiques sur la politique étrangère française et un coup d'Etat fictif en Guinée équatoriale ont aussi été diffusées.

« Ce réseau a tenté de faire revivre celui que nous avons démantelé en octobre 2019. Bien que les personnes à l'origine de cette campagne aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, notre enquête a permis de découvrir des liens avec des individus associés à des activités passées de l'Agence de recherche sur Internet (IRA) et des opérations antérieures que nous avons attribuées à des entités associées au financier russe Yevgeniy Prigozhin, qui a été inculpé par le ministère américain de la Justice », explique Facebook. Environ 263 000 comptes ont suivi une ou plusieurs des pages de ce réseau sur Facebook. Près de 29 000 personnes ont rejoint un ou plusieurs de ses groupes. Le réseau a dépensé une somme avoisinant les 38 000 dollars en publicités sur Facebook et Instagram.

Le troisième réseau d'influence, également d'origine russe, comptait 211 comptes, 126 pages et 16 groupes sur Facebook, en plus de 17 comptes Instagram. Il s'est concentré principalement sur la Libye, le Soudan et la Syrie. Ce réseau a utilisé des ressortissants locaux de Libye, d'Egypte, du Soudan et de Syrie. Ils ont utilisé de faux comptes pour publier dans les groupes en se faisant passer pour des médias.

« Les personnes à l'origine de cette activité ont publié principalement en arabe des informations sur des événements régionaux, notamment en soutien au maréchal Khalifa Haftar, l'armée nationale libyenne et Saïf al-Islam Kadhafi, le second fils de l'ancien guide libyen. Ce réseau d'influence a également fortement critiqué la Turquie, le mouvement des Frères musulmans, le gouvernement d'union nationale libyen et les pourparlers lors du forum de dialogue politique libyen organisé en Tunisie en novembre dernier », révèle Facebook. Environ 5,7 millions de comptes ont suivi une ou plusieurs des pages de ce réseau sur Facebook. 64 500 comptes y ont rejoint un ou plusieurs de ces groupes et environ 99 500 personnes ont suivi un ou plusieurs de ces comptes Instagram. Ce réseau a dépensé 186 000 dollars en publicités sur Facebook.

Facebook s'est empressé de partager ces démantèlements de réseaux d'influence, qui feront de toute façon partie du rapport mensuel produit par le réseau social, avant les prochaines échéances électorales en Afrique.

Effectivement, le 27 décembre prochain, des élections présidentielles se tiendront au Niger et en RCA. Quoi qu'il en soit, les informations fournies par Facebook montrent que l'influence extérieure dans les débats publics africains est loin de relever seulement de la paranoïa.

A La Une: Afrique

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.