Afrique: CAN Total 2023 - La Côte d'Ivoire sera t-elle au rendez-vous?

Anthony Baffoe : "Nous sommes contents de ce que nous avons vu"

C'est le Secrétaire Général Adjoint (SGA) en charge du Football et du Developpement Anthony Baffoe, qui a conduit l'équipe d'inspection de la CAF. Plusieurs experts l'assistaient : le Directeur des Compétitions Samson Adamu, le Manager des Compétitions des équipes nationales Ismaël Wally et de la responsable des Services et Voyages Randa Metwally. L'équipe a sillonné le pays des Eléphants en début décembre 2020, pour évaluer les travaux engagés par le pays hôte de la Coupe d'Afrique des Nations Total 2023. Choses vues avec Anthony Baffoe.

Racontez-nous les axes de cette visite.

La Côte d'Ivoire est un pays que je connais très bien. L'accueil a bien été orchestré. Nous sommes très satisfaits de la manière dont s'est déroulée la visite d'inspection ainsi que du travail accompli avec le Comité local d'organisation.

Pour nous, les infrastructures et les voies d'accès sont très importantes et c'est ce qui nous a intéressé dans chaque ville. Nous avons d'abord atterri à Abidjan et lendemain, tôt le matin, nous sommes allés à Korhogo. On a fait la route de Korhogo à Bouaké, trois heures environ, sans rencontrer le moindre problème. De Bouaké, nous avons continué à Yamoussoukro. Après Yamoussoukro, nous sommes revenus à Abidjan où nous avons passé deux jours.

Dans la capitale nous avons visité tous les stades, tous les hôtels et on a tenu aussi une réunion avec le comité d'organisation ; une réunion de restitution. Ensuite, nous sommes allés rencontrer le ministre des Sports qui nous avait invités pour une réunion. Nous avons également rendu visite à la famille de Sidy Diallo (le président de la fédération ivoirienne décédé le 21 novembre dernier). Une manière pour nous de témoigner notre respect à l'illustre disparu. C'est ainsi que s'est déroulée la visite d'inspection, il y a des détails à parfaire dans les différents stades, la signalétique, le secteur. Mais mon langage est clair : Nous sommes contents de ce que l'on a vu. Le respect des délais sera également important.

Justement, qu'en est-il des délais ?

On a modifié le cahier des charges. Avant, la livraison des infrastructures s'effectuait 6 mois avant la compétition. Mais c'est désormais 12 mois. Et pour le cas de la Côte d'Ivoire, la plupart des livraisons de stade sont prévues à la mi-2021. Ce qui veut dire qu'ils ont encore le temps, mais ça va leur permettre d'organiser des matches tests. Je leur ai recommandé de mettre en place un organigramme et de nommer un directeur de tournoi, un chef de sécurité et toutes les personnes opérationnelles importantes. Ma phrase restera toujours la même. Mettez les bonnes personnes à la bonne place.

J'ai aussi encouragé comme je l'ai suggérée au Cameroun, la création d'un musée du sport qui aurait des légendes, pas seulement du football. Il faut raconter l'histoire aux jeunes, documenter l'histoire du sport, notamment du football, qui a un très grand impact dans les différents pays.

Au vu des infrastructures qui sont en construction actuellement en Afrique, peut-on dire que l'Afrique a franchi un cap dans le développement de son football ?

Oui, l'Afrique est en train de franchir un cap. Mais ce qui est important, une fois qu'on construit les stades, c'est d'avoir de bonnes personnes pour les gérer. Le stade est là pour les événements et pas seulement le football. Quand on y organise des activités politiques, ce n'est pas un problème. Il faut juste recouvrir la pelouse. Vous savez, un bon responsable évènementiel doit savoir comment utiliser les stades.

Je peux organiser un match de boxe dans un stade, sur la pelouse, en la recouvrant. Comment je vais désormais marquer le secteur nord, le secteur sud, etc. Comment je vais décorer le stade ? Comment je vais appeler les entrées du stade Lions 90 entrée, par exemple. L'entrée Roger Milla, l'entrée Laurent Pokou. Vous voyez, le stade est là aussi pour ramener des revenus. Quand on a un stade comme Ebimpe ou Japoma, on peut y disputer des rencontres internationales, au lieu d'aller toujours jouer en France ou en Italie. Maintenant, ils peuvent aussi venir jouer chez nous. Chaque pays doit avoir un stade modèle, c'est-à-dire une belle architecture, une bonne pelouse et de bons terrains d'entraînement.

CAN 2023 - Visite d'inspection en Côte D'Ivoire - Décembre 2020

Plus de: CAF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.