Cameroun: Massacre de Ngarbuh - Le procès s'ouvre ce 17 décembre 2020 devant le Tribunal militaire à Yaoundé

17 Décembre 2020

Ils sont au total trois. Deux soldats et un gendarme, les principaux accusés dont le procès s'ouvre ce jour au tribunal militaire de Yaoundé, capitale politique du Cameroun, dans l'affaire relative au massacre de Ngarbuh

Il s'agit notamment de sergent Baba Guida, le gendarme Sanding Sanding Cyrille et du soldat de première classe Haranga Gilbert.

L'on se rappelle qu'au mois de juin dernier, trois hommes en tenue avaient été inculpés de l'« assassinat » de civils, dont dix enfants, en février dans la partie anglophone du Cameroun. Ce massacre avait déclenché un tollé international, contraignant le pouvoir à admettre la responsabilité de ses soldats, longtemps niée.

L'armée avait initialement parlé d'un « malheureux accident », avant que Yaoundé n'admette mi-avril que dix enfants et trois femmes avaient été tués le 14 février par des militaires épaulés par une milice de l'ethnie peule dans le quartier de Ngarbuh du village de Ntumbaw, dans la région du Nord-Ouest.

Selon le porte-parole de l'armée, le colonel Cyrille Atonfack Guemo, les trois soldats camerounais, arrêtés mi-avril, « avaient été inculpés » notamment d'« assassinat ».

Dans le cadre du procès de ce jour, cinq avocats doivent représenter les victimes et leurs familles, qui peuvent être présentes dans la salle d'audience. Mais il reste à déterminer si elles disposeront des ressources et de la protection nécessaires pour se rendre à Yaoundé et assister au procès, affirme Human Right Watch dans un communiqué.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X