Cameroun: Que les politiciens ne nous imposent pas leurs priorités

18 Décembre 2020

Il faut voir comment certains diplômés chômeurs, très amortis par la misère, sortent les veines sur le visage dans les bars pour demander la fermeture d'Equinoxe ou la condamnation à vie de Kamto.

Pourtant :

Incapables d'ouvrir publiquement la bouche sur Eneo qui les laisse permanemment dans le noir pendant des jours;

Incapables de dénoncer publiquement le favoritisme des concours et recrutements qui fait regretter aujourd'hui à leurs parents tout l'argent gapaspillé pour leurs longues études ;

Incapables de chercher à maîtriser le budget de leurs communes et l'usage que le maire et ses copains du conseil municipal font de cet argent chaque année ;

Incapables de se plaindre des chantiers publics abandonnés dans leurs localités;

Incapables de se plaindre publiquement de l'état de délabrement sévère des centres de santé de leurs villages.

On ne rentre pas dans des combats politiques par procuration mais par conviction. On ne s'engage pas à l'aveuglette ou par mimétisme. Il faut savoir pourquoi est-ce qu'on lutte.

On s'engage parce qu'on se sent profondément affecté par une situation qui doit être corrigée ou consolidée. Avant de mourir pour ceux qui vous imposent leurs priorités mourez d'abord pour vous-même.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X