Afrique: Les femmes vivant en ville sont plus exposées aux maladies chroniques

7 Décembre 2020

Sheffield, Royaume-Uni — Selon une étude sur les villes et la santé, la population urbaine en plein essor de l'Afrique est de plus en plus vulnérable aux maladies chroniques, les femmes étant les plus exposées aux maladies liées à l'obésité.

Les Nations Unies estiment que 68% de la population mondiale vivront dans les zones urbaines d'ici 2050, près de 90% de cette augmentation devant avoir lieu en Asie et en Afrique.

Commentant les résultats de cette étude, Fredrick Mashili, défenseur d'un mode de vie sain et conférencier au département de physiologie de l'université de la Santé et des sciences connexes de Muhimbili en Tanzanie, dit qu'un environnement bâti est désormais largement considéré aussi bien comme un facteur qui encourage une vie saine qu'une menace pour la santé.

« Dans notre contexte, le surpoids et l'obésité sont toujours liés à un statut socio-économique élevé. On pense que les personnes en surpoids ou obèses n'ont aucun problème financier. Dans ce cas, ces personnes ont probablement besoin d'une éducation appropriée pour un mode de vie plus sain et un environnement bâti plus approprié », dit-il.

« Le stress et d'autres défis liés à la vie urbaine contribuent encore à l'obésité chez les citadins, en plus des modes de vie sédentaires, des transports motorisés et des emplois de bureau qui maintiennent les gens assis au même endroit pendant longtemps », explique Fredrick Mashili, qui n'a pas participé à l'étude.

Les chercheurs ont mesuré le risque de maladie chronique chez les femmes en Tanzanie en utilisant un marqueur de risque de maladie cardiaque appelé Protéin C-réactive et l'indice de masse corporelle a été utilisé pour mesurer l'obésité.

Les chercheurs ont analysé les données de 2 212 femmes contenues dans l'enquête démographique et de santé du pays réalisée en 2010, en mettant l'accent sur les indicateurs de maladies chroniques.

Selon l'étude publiée dans la revue PLOS One le 3 novembre, environ 27% des femmes vivant dans les villes présentaient un risque accru de maladie chronique contre environ 21% des femmes des communautés rurales. La proportion de femmes des villes obèses ou en surpoids était de 37%, contre 17,6% dans la population rurale.

« Les décideurs politiques pourront être intéressés par nos conclusions selon lesquelles les femmes des villes pourraient être moins bien loties sur deux indicateurs de risque de maladies chroniques, ce qui suggère une étude plus approfondie et peut-être une amélioration des messages de santé publique et des services de santé dans les zones urbaines sur la manière de réduire le risque de maladies cardiovasculaires et d'obésité », déclare Jessie Pinchoff, auteur principal de l'étude, associée au Population Council basé aux États-Unis.

Les maladies chroniques, telles que l'asthme, le diabète et le cancer, nécessitent un traitement à long terme.

Jessie Pinchoff affirme que l'étude de l'impact de l'urbanité sur les maladies chroniques est un défi en Afrique subsaharienne.

« Peu de bases de données représentatives au niveau national sont disponibles sur les maladies chroniques en Afrique subsaharienne », confie-t-elle à SciDev.Net .

Les chercheurs affirment que l'enquête démographique et sanitaire qu'ils ont analysée ne contenait des données pertinentes sur les maladies cardiaques que pour les femmes, et que d'autres recherches de ce type impliquant des hommes en Afrique subsaharienne sont nécessaires de toute urgence.

Références

Jessie Pinchoff and others Urbanization and health: The effects of the built environment on chronic disease risk factors among women in Tanzania (PLOS ONE, 3 November 2020)

A La Une: Afrique

Plus de: SciDev.Net

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X