Guinée Bissau: L'ex-Premier ministre Domingos Simoes Pereira visé par un mandat d'arrêt

Les autorités bissau-guinéennes ont lancé, vendredi 18 décembre, un mandat d'arrêt international contre l'ancien Premier ministre Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux de la présidentielle du 29 décembre 2019 et président du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Le communiqué du parquet ne donne aucune précision sur la nature des charges. Domingos Simoes Pereira avait quitté le pays quelques jours avant l'investiture du président Umaro Sissoco Embalo et vit depuis en exil au Portugal.

Réagissant à cette décision du parquet, il a dit ne pas connaître l'existence d'un tel mandat d'arrêt contre lui, ajoutant ne l'avoir su qu'à travers des réseaux sociaux.

La décision tombe au moment où l'ex-Premier ministre lui-même a manifesté son intention de revenir au bercail pour poursuivre ses activités politiques. Le communiqué du parquet auquel RFI a eu accès indique : « Le ministère public informe avoir lancé un mandat d'arrêt international contre le citoyen Domingos Simoes Pereira dans le cadre d'un procès pour crimes », sans donner de précisions sur la nature du crime.

De l'argent du FMI détourné ?

Selon une source proche du parquet, le procureur Fernando Gomes, qui avait fait plusieurs voyages au Portugal, avait tenté sans succès d'entendre les prévenus à propos de fonds placés par le Fonds monétaire international (FMI) dans un compte de l'État bissau-guinéen en 2014, au moment où Domingos Simoes Pereira était Premier ministre. L'argent en question avait été détourné.

S'agit-il d'un rebondissement de cette affaire ou tout simplement, comme le prétend Domingos Simoes Pereira, d'une manière de l'éloigner du jeu politique en cours dans son pays ?

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.