Centrafrique: Le gouvernement dénonce une tentative de coup d'État de François Bozizé

Le centre ville de Bangui (archive)

Le ministre de la Communication centrafricain et porte-parole du gouvernement s'est exprimé, ce samedi 19 décembre, dans un communiqué officiel alors qu'une offensive des groupes armés dans l'Ouest vendredi a contraint l'ONU à déployer ces casques bleus. Il y dénonce une tentative de coup d'État de la part de l'ancien président François Bozizé, exclu de la présidentielle du 27 décembre prochain.

Dans ce communiqué officiel, les autorités dénoncent « les intentions manifestes de marcher sur Bangui » des groupes armés et évoquent des velléités de coup d'État. Si jusqu'à présent son nom n'était que cité à demi-mot derrière l'organisation des derniers événements, le porte-parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui affirme ce samedi matin que François Bozizé est à l'origine encore de « cette tentative de déstabilisation ». Il assure que l'ancien chef d'État s'est attaché les services de mercenaires étrangers en échange de la possibilité pour ceux-ci de piller Bangui pendant 72 heures.

A l'heure où je vous parle, monsieur François Bozizé Yangouvounda a quitté la ville de Bossangoa où il s'était retranché et se trouve actuellement aux abords de la ville de Bossembélé avec l'intention manifeste de marcher avec ses hommes sur Bangui. Il s'agit manifestement d'une tentative de coup d'Etat que le gouvernement tient à dénoncer en cette période électorale où le gouvernement cherche à consolider les acquis démocratiques à travers les prochaines consultations.

Ange-Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication

Ce communiqué intervient alors que depuis vendredi des mouvements d'hommes armés sont signalés dans le nord-ouest du pays. Une avancée notamment sur les villes de Bozoum, Bossemptélé, Yaloke ou encore Bossembélé.

Le tenue du scrutin menacée ?

La Minusca et les forces de l'ordre centrafricaines sont intervenues vendredi pour dissuader ces éléments armés identifiés par la force onusienne comme appartenant aux groupes 3R, MPC et anti-Balaka. Le gouvernement déplore la mort de trois gendarmes durant ces opérations. Dans un communiqué conjoint, ces groupes armés menaçaient il y a quelques jours d'user de « tous les moyens » contre le pouvoir s'il poursuivait l'organisation d'un scrutin qu'ils considèrent manipulé.

Certains candidats continuent à battre campagne malgré le contexte sécuritaire compliqué. Pour la première fois la nouvelle alliance de l'opposition entre Anicet-Georges Dologuélé et le parti de François Bozizé (dont la candidature a été invalidée) a battu campagne main dans la main à Bangui vendredi après-midi.

On a fait le tour de certains quartiers de Bangui pour que les populations se rendent bien compte qu'on est ensemble, qu'on fait campagne ensemble.

Le parti d'Anicet-Georges Dologuélé et celui de François Bozizé main dans la main à Bangui

Mais la question de la possibilité de la tenue des élections dimanche prochain 27 décembre commence à se poser.

À noter que le président sortant Faustin-Archange Touadéra poursuit lui aussi sa campagne. Il a fait plusieurs déplacements en région et un grand meeting est prévu ce samedi au stade des 20 000 places.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X