Congo-Kinshasa: Jean-Pierre Lacroix en visite en RDC - « Les Nations Unies restent engagées aux côtés des Congolais »

communiqué de presse

En visite en République démocratique du Congo (RDC) du 13 au 18 décembre 2020, Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, s'est rendu à Kinshasa, ainsi que dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu, situées dans la partie orientale du pays. Il était notamment accompagné par Leila Zerrougui, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO).

Comment aider le peuple congolais à relever les différents défis qui se posent à lui ? La question a été abordée au cours de l'audience que le président congolais Félix Tshisekedi a accordé mardi 15 décembre 2020 au Secrétaire général adjoint de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix.

L'insécurité dans l'est du pays, la situation socio-économique difficile et les questions humanitaires ont été au centre des entretiens entre les deux hommes, lesquels ont notamment abordé la manière dont l'ONU entend poursuivre son partenariat avec la RDC et aider les populations.

Ils ont par ailleurs évoqué les effets de la pandémie de Covid-19 en République démocratique du Congo. Félix Tshisekedi a aussi présenté à son interlocuteur sa vision de la situation politique actuelle et comment il compte la faire évoluer.

Après avoir rencontré à Kinshasa les plus hautes autorités du pays ainsi que les représentants des partis et regroupements et de la société civile, y compris des associations de femmes, M. Lacroix a visité l'Ituri et le Nord-Kivu, deux provinces confrontées à des violences persistantes du fait de l'activisme de divers groupes armés.

La population de Pinga témoignage sa reconnaissance pour les efforts de paix

Mercredi 16 décembre 2020, Jean-Pierre Lacroix et Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur de la province du Nord-Kivu, se sont rendus en hélicoptère dans la cité de Pinga (territoire de Walikale).

En juillet dernier, cette contrée a été le théâtre d'affrontements entre les deux factions du groupe armé Nduma Defense of Congo Rénové (NDC-R), factions dirigées respectivement par Guidon Shimiray et Gilbert Bwira. Plus de 500 combattants de NDC-R, aile Gilbert Bwira, se sont déjà rendus aux FARDC (forces armées congolaises) et sont présentement cantonnés à Rumangabo (territoire de Rutshuru) alors que les opérations de traque contre ceux de l'aile Guidon Shimiray se poursuivent dans le territoire de Walikale.

Sur place, à Pinga, M. Lacroix a constaté un retour à la paix après ces durs affrontements. « La population nous a accueillis chaleureusement et nous a témoignés de cette manière sa reconnaissance des efforts faits qui ont ramené déjà la sécurité et qui créent des conditions meilleures pour qu'il y ait plus de progrès. On leur a dit, le gouverneur, moi-même et toute l'équipe de la MONUSCO que nous voulons continuer à travailler avec eux pour améliorer la vie de la population, pour renforcer la sécurité mais en même temps nous comptons sur leur propre initiative, leur propre engagement », a déclaré Jean-Pierre Lacroix.

Le lendemain, jeudi 17 décembre 2020, Jean-Pierre Lacroix s'est envolé pour l'Ituri où il a été reçu à Bunia par le gouverneur de province, Jean Bamanisa Saidi. Les deux hommes ont passé en revue les défis sécuritaires afin de voir comment renforcer le partenariat entre la MONUSCO et les autorités provinciales pour mettre fin aux groupes armés dans cette province.

« Nous avons fait le point des perspectives de nos priorités, des axes fondamentaux sur lesquels nous devons poursuivre les efforts sur la base de politiques et d'initiatives et d'actions engagées par les autorités politiques et locales, puisque nous sommes ici en soutien », a déclaré M. Lacroix en sortant de l'audience tenue avec le gouverneur.

« Il reste un travail immense à faire en Ituri et qui requiert l'appui de la MONUSCO, sa présence et son implication aux côtés des forces de sécurité nationales », a pour sa part souligné Jean Baminisa Saidi.

En Ituri, Jean-Pierre Lacroix a également visité la localité de Roe dans le territoire de Djugu, épicentre des violences des groupes armés dans la province. « J'ai vu des populations qui souffrent de la violence et qui ont besoin de l'aide que la MONUSCO leur apporte, pas seule, mais avec les autres partenaires à qui je rends hommage », a-t-il ajouté.

Enfin, vendredi 18 décembre 2020, M. Lacroix s'est rendu à la base militaire de la MONUSCO située à Mubambiro, non loin de Sake au bord du lac Kivu. Ce camp, situé à 26 km à l'ouest de Goma, accueille toutes les troupes de la MONUSCO venant remplacer celles en partance. En raison de la pandémie de Covid-19, les militaires sont placés en quarantaine dans ce camp avant de rejoindre leur base d'affectation.

« C'est une base importante de la MONUSCO qui abrite à la fois des compagnies de réaction rapide, c'est-à-dire des compagnies qui sont prêtes à intervenir très vite lorsqu'il y a des dangers, des menaces contre la population civile. Et j'ai pu voir sur le terrain un déploiement d'une partie de ces unités qui protègent la population, comme à Pinga par exemple », a affirmé M. Lacroix.

Avant de terminer sa visite en RD Congo et de rejoindre l'aéroport N'djili à Kinshasa vendredi 18 décembre 2020, le Secrétaire général adjoint de l'ONU dit avoir écouté avec intérêt tous les interlocuteurs qu'il a rencontrés lors de son séjour en RD Congo. Pour ce qui concerne l'avenir de la MONUSCO, il a évoqué une « stratégie graduelle » de retrait, en fonction de la situation sur le terrain.

La visite de Jean-Pierre Lacroix est intervenue au moment même où le Conseil de sécurité des Nations Unies renouvelait le mandat de la Mission onusienne en RDC. En effet, ce 18 décembre 2020, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé la prorogation du mandat de la MONUSCO pour une année supplémentaire.

Selon la Résolution adoptée par le Conseil de Sécurité, les priorités de la MONUSCO sont : Protéger les civils et appuyer la stabilisation et le renforcement des institutions étatiques en RDC ainsi que les principales réformes en matière de gouvernance et de sécurité.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X