Centrafrique: Situation toujours précaire à Bangui, à une semaine des élections

Le centre ville de Bangui (archive)

En Centrafrique, la situation était volatile, ce dimanche 20 décembre. La nuit a été calme dans la capitale Bangui et ce matin, les habitants circulaient. Néanmoins, la pression monte dans la ville. Les positions, notamment des groupes armés coalisés qui veulent empêcher la tenue des élections législatives et présidentielle de dimanche prochain, apparaissaient floues hier soir.

Des patrouilles robustes sont effectuées aux abords de la capitale, au point kilométrique 12 et 22, ainsi que dans la capitale centrafricaine même, Bangui. À Mbaïki, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Bangui, des échanges de tirs ont été confirmés, ce dimanche 20 décembre au matin. Les groupes armés sont confrontés aux forces armées centrafricaines et à des renforts russes. Leur base, située à Berengo, n'est qu'à quelques kilomètres de là.

Les positions à Bossembele où il y a eu des combats, vendredi 18 décembre, restent stables. Des forces de protection ont été positionnées à Boali. À l'est, par contre, les mouvements se poursuivent. L'UPC [Unité pour la paix en Centrafrique] a avancé vers Grimari mais aucun affrontement n'est signalé. Ils semblent être en attente.

En ce qui concerne Bouca, plus au nord, les forces semblent se regrouper et attendent les derniers retardataires pour progresser sur Bogangolo. À Kaga Bandoro, des regroupements sont aussi signalés. Au nord-ouest, du côté de Gallo, à 60 kilomètres de la ville de Bouar, les éléments sont aussi positionnés. Ils pourraient faire marche vers Aba. Cependant, il est très difficile, actuellement, d'évaluer l'état des forces en présence.

Un bras de fer s'est engagé

Dans un deuxième communiqué, ce dimanche matin, les groupes armés de cette nouvelle Coalition des patriotes pour le changement déplorent des pertes importantes dans leurs rangs mais assurent poursuivre leur « grande marche inexorable vers le contrôle total du territoire ».

La COD 2020, coalition politique d'opposition, a elle aussi publié un communiqué exigeant le report des élections de la semaine prochaine jusqu'au rétablissement de la paix et de la sécurité. Elle exige aussi la convocation, sans délai, de la concertation des forces vives de la nation qu'elle sollicite, depuis plusieurs semaines déjà. Mais pour l'instant, il n'est pas question de discuter du côté du gouvernement et des partenaires. La position est ferme. Les élections se tiendront dimanche prochain.

Plusieurs sources sécuritaires ainsi que des témoins visuels confirment l'arrivée, samedi, de renforts russes à l'aéroport de Mpoko, à bord de deux Antonov. Les témoins parlent de matériel militaire important. L'arrivée de renforts rwandais est aussi évoquée ce dimanche matin. Le gouvernement ne dément pas ces informations. Dans un communiqué, samedi, le porte-parole du gouvernement annonçait des actions sécuritaires supplémentaires à venir pour « mettre hors d'état de nuire ces criminels sans foi ni loi ».

Activité ralentie à Bangui

À Bangui la capitale, l'activité est un peu ralentie au marché central, sur fond d'inquiétude et de lassitude, de voir le pays plongé dans des crises à répétition.

On a besoin des élections. On n'a pas besoin de rébellion parce que nous avons beaucoup trop souffert de ça. [... ] Nous avons besoin de seulement de paix.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X