Sénégal: Exploitation de gaz naturel à Ngadiaga - Un puits test en flammes sème la panique

Un voile de fumée âcre s'élève au-dessus de l'usine dans une ville africaine
21 Décembre 2020

Les populations du paisible village de Ngadiaga, situé à 23 kilomètres du chef-lieu de la commune Notto Gouye Diama, ont vécu un incendie spectaculaire dans la matinée du samedi 19 décembre. Un puits de gaz a pris feu. L'incendie d'une rare violence a été circonscrite mais toujours actif. Il n'a pas fait de victime mortelle.

Il était environ de 9 heures quand de grosses flammes et de la fumée montaient au ciel. Elles émanaient de la zone d'exploitation du gaz naturel par la société Petrosen Forteza, semant la panique. C'est le sauve-qui-peut, les populations ont pris la direction des champs, loin du village où la société Petrosen Forteza exploite plus d'une dizaine de puits de gaz naturel. Des installations qui sont à moins de cent mètres des habitations du village de Ngadiaga. Les populations fuyaient l'incendie spectaculaire qui s'est déclaré dans la zone d'exploitation du gaz.

Abasourdi par les images qu'il apercevait, le maire de Notto Gouye Diama, Maguèye Ndiaye, a lancé un appel aux autorités. «Si l'Etat ne vient pas au secours des populations de Ngadiaga et de Notto Gouye Diama pour éteindre cet incendie à temps, tout pourrait arriver surtout que si les vannes des pipelines ne sont pas fermées », a-t-il déclaré.

Le maire précise que malgré le déploiement des sapeurs-pompiers, venus en masse pour éteindre les flammes, leurs moyens sont limités. Il craint que l'incendie soit alimenté par du gaz et attisé par le vent et qu'il ne soit circonscrit à temps. Tard dans la soirée, les pompiers sont parvenus à maîtriser les flammes même si le feu était encore actif dimanche. Ibrahima Bachir Dramé, directeur de communication de Petrosen indique qu'un blessé léger a été dénombré. Il s'agit d'un agent qui a voulu, au début de l'incendie, circonscrire le feu. D'après M. Dramé, « malgré la panique qui s'est emparée des populations de Ngadiaga et environs, leurs vies ne sont pas menacées par cet incendie». Le service de communication de Petrosen explique qu'il y a eu une poussée subite de gaz. « Dans le domaine pétrolier, on dit que le puits est entré en éruption. Certes, le feu est intense, mais maitrisable par des méthodes bien connues. Et puisqu'il y a des moteurs et autres à proximité, il y a dû y avoir une étincelle qui a pris feu. Mais ce n'est qu'aux termes des opérations que la cause exacte pourrait être déterminée », a précisé M. Dramé. Des propos qui ne rassurent pas le maire de Notto Gouye Diama et ses mandants. « Le gaz est exploité à Ngadiaga depuis une vingtaine d'année. Mais nous ne bénéficions ni d'eau potable ni d'une structure sanitaire si petite soit-elle offerte par Petrosen Forteza », a déploré Samba Gadiaga, un habitant. « En guise d'alerte sur ce danger qui nous guette en permanence, nous avons, récemment, organisé une manifestation pour dénoncer cette insécurité ambiante dans laquelle nous vivons», a-t-il rappelé.

Dans le combat contre les flammes, Petrosen a appelé à la rescousse la Société africaine de raffinage (Sar), mieux outillée pour gérer ce problème.

Le ministre du Pétrole rassure

C'est dans la soirée que le ministre du Pétrole et des Energies renouvelables, Sophie Gladima, est arrivé à Ngadiaga pour rassurer les populations. «Cet accident est spectaculaire, mais les risques d'explosion sont quasi-nuls », a-t-elle affirmé. « C'est avec l'exploitation du gaz que des grains de sable ont fait une étincelle qui a amené ce feu. C'est le même phénomène que l'on voit à la Sar avec la torche qui brûle. Tant qu'il y a le gaz, il y aura toujours cette flamme», a expliqué le ministre. Sophie Gladima a indiqué que les autorités sont en train de voir, avec Petrosen et une société de forage, comment faire localiser boucher le trou d'émanation du gaz. « Cela va prendre quelques jours parce que tout le monde est à pied d'œuvre. Nous disons à la population que nous sommes à leurs côtés, que nous travaillons pour elle », a-t-elle souligné. Le ministre a écarté toute négligence des sociétés qui s'activent sur ces sites sur les normes de sécurité. «Elles sont là depuis 1996 et c'est la première fois qu'un tel accident survient », a-t-elle précisé. Par rapport à la demande de concertation des populations avec les autorités, le ministre a déclaré avoir pris rendez-vous avec elles. « Nous pourrons échanger sur la responsabilité sociétale d'entreprise et mieux, le président de la République, Macky Sall, s'engage dans le contenu local pour donner plus de pouvoirs économiques aux populations afin d'accompagner leur développement », a-t-elle indiqué.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.