Sénégal: Matam / Désenclavement et émergence du Dandé Mayo - Les populations exigent le bitumage de la route Navel-Démbancané

21 Décembre 2020

Les populations du «Dandé Mayo» exigent le bitumage de l'axe principal Navel-Démbancané, une vieille doléance depuis l'indépendance, pour le désenclavement définitif de la zone. Lors d'un point de presse tenu hier, dimanche 20 décembre, l'association «Dandé Mayo Emergent» (DME), a déclaré que la population de cette partie du Fouta, composée majoritairement de jeunes et de femmes, a besoin d'une route bitumée et non d'une piste de désenclavement, au nom de l'équité territoriale «prônée» par les autorités et pour l'émergence de la contrée.

«Nous exigeons, sans délai ni condition, la réalisation de l'ouvrage tant réclamé et attendu depuis des générations et des générations». C'est l'association «Dandé Mayo Emergent» (DME), regroupant 47 villages et hameaux allant de Navel à Démbancané, sur la rive droite du fleuve Sénégal, qui demande ainsi le bitumage de l'axe principal Navel-Démbancané pour le désenclavement définitif de la zone.

Lors d'un point de presse tenu hier, dimanche 20 décembre 2020, les populations de cette partie de la région de Matam à cheval sur le Fleuve Sénégal, ont interpellé «directement et en personne» le président de République, Macky Sall, pour les «éclaircir sur le financement de la partie sud c'est-à-dire de Navel à Dembancané. Nous interpellons également le président de la République dont les promesses sont encore et toujours fraîches dans les mémoires, à faire de l'équité territoriale une réalité dans cette partie du Sénégal où les accidents avec pertes de vies humaines, des blessures handicapantes, de décrochage scolaire et de retard économique forment le quotidien des populations»

Selon le Secrétaire de DME, tout est parti de l'audience publique tenue, le 08 décembre 2020 dernier, dans les locaux du Conseil départemental de Kanel, au sortir de laquelle l'association n'a pas manqué d'exprimer sa déception. «DME a été déçu du rapport non seulement par sa forme et son contenu mais également par son manque de résultat probant et factuel». En ce sens que «nous, population de la rive droite du fleuve Sénégal estimons que l'enclavement empêche le développement économique et social de nos terroirs, le transfert de nos malades et femmes enceintes vers les structures adaptées, l'écoulement des produits agricoles et maraichers, la fréquentation des écoles d'éducation et de formation par notre jeunesse abonnée à l'exode rural et à l'émigration sous toutes ses formes». Et de rappeler que, «depuis l'indépendance, nous ne cessons de demander, en vain, la construction de cette route pour permettre l'émergence multiforme et multifactorielle de nos terroirs par et pour les populations dépendantes de nos vaillantes diasporas».

C'est pourquoi, l'association, Dandé Mayo Emergent, «espoir de toute la vallée de Matam, qui regroupe les autochtones et les diasporas se réserve tous les moyens légaux pour manifester ici et ailleurs la principale revendication des populations laissées à elles-mêmes par tous les régimes du Sénégal indépendant».

En attendant, DME réclame toute la lumière sur le financement de ce tronçon routier avant son déplacement à Matam. «Tout compte fait, Dandé Mayo Emergent demande à son excellence Monsieur Macky Sall des éclaircissements sur le financement de la route Navel-Démbancané, avant son arrivée dans la région de Matam», conclut le Secrétaire de DME, au nom des 47 villages et hameaux de cette contrée du Fouta, allant de Navel à Démbancané, sur la rive droite du fleuve Sénégal. Non sans insister que «sa population composée majoritairement de jeunes et de femmes a besoin d'une route bitumée allant de Navel à Démbancané au lieu d'une piste de désenclavement».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.