Seychelles: La réserve de la Vallée de Mai aux Seychelles voit une baisse de 97% du nombre de visiteurs, une perte de 2 millions de dollars de revenus

La réserve naturelle de la Vallée de Mai, l'un des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles, a connu une baisse de 97% du nombre de visiteurs au milieu de la pandémie de COVID-19, ce qui représente une perte de 2 millions de dollars en revenus directs, a déclaré un responsable de la Fondation des îles Seychelles. (SIF).

Emeline Lafortune, chargée de projet au SIF, qui gère le site, a déclaré à la SNA qu'avant COVID-19, la Vallée de Mai accueillait en moyenne près de 115000 visiteurs par an.

La Vallée de Mai, située sur la deuxième île la plus peuplée de Praslin, abrite la plus grosse noix du monde - l'unique coco de mer - et le perroquet noir endémique. C'est le site naturel le plus visité des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'océan Indien occidental.

Mme. Lafortune a déclaré que la fondation ne recevait pas de budget du gouvernement. Ses opérations, qui comprennent la surveillance, la recherche et les projets, dépendent entièrement des revenus du tourisme générés sur les deux sites du patrimoine mondial - la Vallée de Mai sur Praslin et l'atoll isolé d'Aldabra.

Le coco de mer, qui est la plus grosse noix du monde, est endémique des Seychelles. Gerard Larose, Seychelles Tourism Board) Photo License: CC-BY

Actuellement, les activités sur les deux sites ont été gravement touchées et réduites.

En octobre, la Vallée de Mai a reçu une aide financière de 30 400 $ pour aider à surmonter les impacts de la pandémie du COVID-19 sur la gestion et la conservation. Le site figurait parmi les 22 sélectionnés parmi 72 demandes de financement par le #SOSAfricanHeritage Fund avec l'aide de la Commission allemande pour l'UNESCO.

«Bien que ces subventions jouent un rôle énorme dans la résilience des sites du patrimoine mondial, les fonds sont généralement affectés pour soulager ou aider des projets ou activités spécifiques. Par conséquent, plus d'une subvention sera nécessaire pour permettre à la Vallée de Mai de surmonter les obstacles auxquels elle fait maintenant face comme un tout », a déclaré Mme. Lafortune.

Une représentante de la Commission allemande pour l'UNESCO, Anna Steinkamp, a déclaré qu'en période de crise mondiale "auquel nous sommes actuellement confrontés en raison du COVID-19, la commission pour l'UNESCO s'associe aux efforts de solidarité internationale pour atténuer l'impact sur les sites désignés de l'UNESCO, tels comme la Vallée de Mai. "

Elle a ajouté que "de nombreux sites désignés par l'UNESCO dans les pays africains souffrent de graves dégradations causées par la pandémie de COVID-19. De nombreux sites ont dû fermer aux les visiteurs et, à leur tour, font face à des pertes de revenus importantes".

Mme. Lafortune a déclaré que "compte tenu des implications du COVID-19 sur l'écosystème très unique et sensible de la Vallée de Mai et des revenus limités en raison du manque de tourisme, les activités de surveillance, de recherche et de loisirs qui apportent de la valeur à cette réserve naturelle ont été compromis immensément. "

Avec moins de surveillance, le site connaît une recrudescence des incidents de braconnage de sa ressource naturelle la plus précieuse, les graines du coco de mer.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.