Congo-Kinshasa: Un journaliste poursuivi en diffamation par un ancien ministre pour avoir relayé un rapport d'ONG

communiqué de presse

Reporters sans frontières (RSF) dénonce l'assignation en justice d'un journaliste ayant relayé un rapport d'ONG dans lequel figure le nom d'un ancien ministre des transports congolais. RSF demande l'abandon des charges à l'encontre de ce journaliste, qui n'a fait que son travail.

Pascal Mulegwa, journaliste et correspondant pour Radio France Internationale (RFI) en République démocratique du Congo (RDC) doit comparaître ce mardi 22 décembre devant le tribunal de Kinshasa. Le journaliste est poursuivi en diffamation par le sénateur et ancien ministre des transports José Makila, après avoir cité dans un article du 20 septembre un rapport d'ONG l'accusant d'avoir détourné de l'argent pour financer sa campagne électorale.

Déjà convoqué au début du mois d'octobre pour cette affaire, le journaliste avait dû répondre à plusieurs questions devant le parquet de grande instance de Kinshasa - Gombe. Le plaignant, lui, ne s'est jamais présenté. Contacté par RSF, Pascal Mulegwa dit ne pas comprendre la tenue d'un procès dans ces conditions, ni son inculpation. "L'ancien ministre n'était même pas la cible de l'article. J'étais entré en contact avec lui avant la diffusion. 24 heures après, il portait plainte contre moi."

"Cette affaire témoigne des intimidations que continuent de subir les journalistes en RDC, déclare Pauline Adès-Mével, rédactrice en chef de RSF. Pascal Mulegwa n'a rien à se reprocher. Il n'a fait que relayer des informations provenant d'un rapport d'ONG qui n'a elle-même pas fait l'objet d'une convocation devant le tribunal. Il n'y a pas eu de réelle confrontation, le plaignant n'ayant pas daigné se présenter à la convocation. Nous demandons l'abandon de toutes les charges retenues contre ce journaliste, qui n'a fait que son travail. Il est temps que cesse l'intimidation des journalistes dans l'exercice de leurs fonctions."

Le nombre des exactions perpétrées à l'encontre des journalistes et des médias reste élevé en RDC. Dans son dernier rapport annuel publié lundi 2 novembre, Journaliste en danger (JED), organisation partenaire de RSF, dressait un constat alarmant : en 2020, 116 violations de la liberté de la presse ont été enregistrées dans le pays, dont 40 arrestations. En novembre dernier, RSF s'était inquiétée de l'arrestation de deux journalistes détenus par les services de renseignement pour avoir filmé le président, Félix Tshisekedi, qui s'apprêtait à accorder une audience au palais de la Nation de Kinshasa. En septembre, un autre journaliste avait été arrêté après une plainte du gouverneur dans la province du Sankuru, dans le centre du pays.

La RDC occupe la 150e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2020.

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.