Afrique: Le conseil d'administration du FMI approuve une aide d'urgence de 177,96 millions de dollars pour aider le Bénin à faire face à la pandémie de Covid-19

document

Washington, DC: Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd'hui en faveur du Bénin un décaissement au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) équivalant à 41,30 millions de DTS (environ 59,35 millions de dollars, soit 33 % de la quote-part) et un achat au titre de l'instrument de financement rapide (IFR) équivalant à 82,54 millions de DTS (environ 118,61 millions de dollars, soit 66,67 % de la quote-part) pour aider le pays à satisfaire les besoins urgents de financement du budget et de la balance des paiements résultant des efforts visant à lutter contre l'impact persistant de la pandémie de COVID-19.

Il s'agit de la deuxième aide d'urgence du FMI depuis le début de la pandémie : le 15 mai 2020, le conseil d'administration du FMI avait approuvé une augmentation de l'accès au titre de l'accord FEC 2017-20 à hauteur de 103,3 millions de dollars (voir communiqué de presse n o 20/216 du FMI). Le financement supplémentaire qui a été approuvé aujourd'hui porte à 281,26 millions de dollars de l'assistance totale des prêts que le FMI a accordée au Bénin pour lutter contre les effets de la pandémie de COVID-19.

La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions plus graves que prévu sur l'activité économique : elle a touché pratiquement tous les secteurs de l'économie. Les perspectives économiques se sont encore détériorées, avec le creusement du déficit budgétaire et du déficit des transactions extérieures courantes. L'assistance d'urgence accordée par le FMI financera l'augmentation des dépenses de soutien sanitaires et économiques, renforcera la confiance et aidera à mobiliser l'aide des bailleurs de fonds. , Les autorités se sont engagées à renforcer davantage la transparence du processus de passation des marchés publics afin d'assurer qu'elles dépenseront comme prévu le financement accordé pour faire face à la crise.

À la suite des débats du conseil d'administration, M. Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président de séance, a fait la déclaration suivante :

« Les perspectives macroéconomiques du Bénin se sont encore détériorées depuis l'achèvement, en mai 2020, de la sixième et dernière revue de l'accord appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC). La croissance économique devrait ralentir à 2 % en 2020, contre presque 7 % en 2019, en raison des mesures d'endiguement et d'atténuation, du ralentissement de l'économie mondiale et de la fermeture prolongée de la frontière avec le Nigéria. Si la riposte des autorités à la pandémie a réussi à réduire la propagation de la COVID-19, le choc économique a créé des besoins urgents de financement du budget et de la balance des paiements.

« Les autorités prennent des mesures pour faire face aux implications humaines et économiques de la pandémie de COVID-19, tout en préservant les gains durement acquis sur le plan budgétaire. La pandémie devrait peser sur une tendance socioéconomique en amélioration avant son arrivée et nuire à l'inclusion. Les autorités mettent en œuvre un plan qui prévoit d'augmenter les dépenses de santé et de venir en aide aux ménages vulnérables et aux entreprises touchées.

« Les autorités ont réitéré qu'elles jugent indispensable de gérer les finances publiques de manière saine et transparente pour veiller à ce que les fonds soient dépensés comme prévu. Elles ont publié les informations essentielles relatives aux principaux contrats conclus dans le contexte de leur lutte contre la pandémie et sont déterminées à entreprendre des audits ex post des dépenses liées à cette dernière.

« Une fois que les conditions le permettront, les autorités sont déterminées à en revenir à leur trajectoire budgétaire à moyen terme, en maintenant le déficit budgétaire en deçà du plafond régional. Sur le plan budgétaire, il doit rester prioritaire de chercher à accroître les recettes intérieures de manière à les rapprocher de l'objectif régional, car cela renforcerait la viabilité de la dette, garantirait que le choc de la COVID-19 ne compromette pas la viabilité des finances publiques et permettrait au Bénin de financer son plan de développement économique à moyen terme et de faire reculer la pauvreté. »

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.