Burkina Faso: Lutte contre la faim et la malnutrition - L'initiative "Main dans la main" lancée

22 Décembre 2020

Le ministre en charge de l'agriculture, Salifou Ouédraogo : « L'Initiative vise en priorité les pays dont les capacités nationales sont extrêmement faibles et qui bénéficient d'une aide internationale très limitée ».

Le ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydroagricoles a organisé un atelier de lancement de l'initiative "Main dans la main" au Burkina Faso, le lundi 21 décembre 2020, à Ouagadougou.

Le Burkina Faso est déterminé à vaincre la faim et la malnutrition sous toutes ses formes. C'est du moins l'avis des premiers responsables du ministère de l'Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles. Dans cette perspective, il a accepté de servir de pays pilote pour la mise en œuvre de l'initiative "Main dans la main" dont le but est d'accélérer la transformation structurelle de l'agriculture et le développement rural durable afin d'éliminer la pauvreté, ainsi que la faim et la malnutrition sous toutes leurs formes, contribuant ainsi à la réalisation des autres objectifs de développement durable.

Ce projet de l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture, (FAO), selon le ministre de l'Agriculture Salifou Ouédraogo, est d'un coût global de 500 000 dollars soit environ 300 millions F CFA. Se référant aux données de la FAO, le ministre a confié que plus de deux milliards d'êtres humains n'ont pas un accès régulier à une alimentation sûre, nutritive et suffisante et environ 135 millions de personnes dans 55 pays et territoires souffrent d'insécurité alimentaire aiguë. Salifou Ouédraogo a déclaré que cette initiative, qui couvre la période de novembre 2020 à octobre 2022, permettra de déterminer les meilleures possibilités d'amélioration des conditions de vie des populations rurales par l'augmentation de leurs revenus et par la réduction des inégalités et des vulnérabilités.

L'assistant chargé de Programme à la FAO, Ibrahim Ouédraogo : « L'initiative "Main dans la main" permettra de disposer à temps, d'un document d'investissements et de réformes».

« L'initiative Main dans la main adopte une approche reposant sur les systèmes agroalimentaires et axée sur les marchés en vue d'accroître la quantité, la qualité, la diversité et l'accessibilité des aliments nutritifs disponibles sur les marchés locaux, territoriaux, nationaux et régionaux, tout en trouvant d'autres marchés pour les produits alimentaires et non alimentaires qui permettent aux ruraux pauvres d'augmenter leurs revenus et de suivre un régime alimentaire sain », a dit le ministre. Au nom de la FAO, Ibrahim Ouédraogo a affirmé que le projet fera appel à la modélisation géospatiale et aux techniques analytiques avancées pour déterminer les meilleures possibilités d'amélioration des conditions de vie des populations rurales.

L'atelier de lancement officiel tenu, le lundi 21 décembre 2020 à Ouagadougou, a donc été le lieu de présenter l'initiative aux acteurs impliqués dans sa mise en œuvre et susciter leur adhésion. « L'idée est d'accompagner le processus de planification sectorielle ou des investissements prioritaires en lien avec la sécurité alimentaire, la résilience face au changement climatique à travers la conduite d'études spécifiques telles que la typologie des systèmes de production agricole suivant l'approche chaîne de valeur », a-t-il étayé.

A l'entendre, les défis du projet sont de rendre disponible le document de l'Initiative dans l'horizon temporel du processus d'élaboration de la Politique nationale de développement (PND) et du document de la troisième phase du Programme national du secteur rural (PNSR III). L'autre défi, selon M. Ouédraogo est de réussir la capitalisation des initiatives qui concourent aux mêmes objectifs que l'Initiative "Main dans la main". Le Chef du bureau de la Coopération suisse, Jean-Michel Le Mat, par ailleurs Chef de file des partenaires techniques et financiers en développement rural a assuré de leur engagement aux côtés du gouvernement burkinabè pour la mise en œuvre réussie du projet.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.