Burkina Faso: Dépravation des mœurs - La police burkinabè démantèle des salons de massage érotique

28 Décembre 2020

La prolifération des salons de massage érotique est une triste réalité sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, où de plus en plus des sites dits de « massage » sont signalés. C'est ainsi que la police nationale, dans le cadre de ses missions régaliennes de protection des bonnes mœurs, a entrepris depuis un certain temps, par le biais de ses services techniques dont la Division des investigations criminelles (DIC) de la Direction de la police judiciaire (DPJ), une série d'investigations.

Ces différentes actions menées ont abouti au démantèlement de six salons de massage où plusieurs objets ont été saisis dont: 234 condoms, 215 cartes de visites, 148 cartes SIM, 74 téléphones, 18 cartes bancaires prépayées et une somme de 1.185.000 FCFA.

Au total, près de cinquante sites ont été découverts dans le cadre de l'enquête; 15 personnes ont été interpelées dont six déférées au parquet.

Spécialisés dans le proxénétisme, la traite des personnes, l'usage frauduleux des images d'autrui, ces individus procédaient à la création sur le réseau social Facebook de sites dits de massage, y recrutaient des masseuses avec une fausse promesse de salaire pouvant aller jusqu'à 400.000 FCFA. Les masseuses recrutées devront en réalité se prostituer avec les clients.

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.