Afrique du Sud: Covid-19 - L'OMS renforce son appui à l'Afrique du Sud, qui dépasse la barre du million de contaminations

29 Décembre 2020

Alors que l'Afrique du Sud est devenue le premier pays africain à dépasser cette semaine le cap du million de contaminations, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) accroît son soutien à Pretoria, en renforçant notamment la réponse au Cap-Oriental, l'une des provinces les plus touchées par le nouveau coronavirus.

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

Pour faire face à la hausse prévue du nombre de patients dans cette province, le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique et les autorités sanitaires sud-africaines entendent renforcer les mesures strictes de prévention et de contrôle des infections (IPC).

L'objectif est de « minimiser la transmission de la Covid-19 associée aux soins de santé parmi les travailleurs de la santé », a indiqué le Bureau régional de l'OMS dans un communiqué.

Dans l'est de Londres par exemple, l'OMS s'est ainsi engagée à aider à limiter et à interrompre la transmission du coronavirus dans la zone métropolitaine de Nelson Mandela Bay et le district de Sarah Baartman. Il s'agit de réaffecter du personnel supplémentaire à la province pour soutenir le suivi et l'efficacité des réponses.

Une nouvelle variante de coronavirus détectée en Afrique du Sud

Le but est aussi de renforcer la communication sur les risques et l'engagement communautaire, renforcer les mesures de prévention et d'infection, promouvoir le recours aux tests ciblés et améliorer la recherche des contacts.

Ces interventions interviennent alors que la zone métropolitaine de Nelson Mandela Bay et le district de Sarah Baartman (Cap-Oriental) ont signalé une hausse des cas depuis novembre dernier. Selon l'OMS, ces cas ont été attribués, entre autres, à une mauvaise pratique de la distanciation physique, du port inapproprié de masques et à d'autres pratiques d'hygiène difficiles. La plupart ont également été attribués aux universités locales, aux écoles et à la participation à de grands rassemblements.

Et une nouvelle variante du coronavirus - connue sous le nom de 501.V2 - serait également à l'origine de cette augmentation des infections. Il a été identifié par un réseau de scientifiques sud-africains dans la province du Cap-Oriental, puis s'est rapidement propagé à d'autres régions du pays.

Lors de sa visite à Port Elizabeth, le Dr Kaluwa, Représentant de l'OMS en Afrique du Sud, a fait part de sa satisfaction de voir la province accepter le soutien de l'OMS. Il a également salué les efforts de la province pour intensifier ses interventions, notamment les mesures visant à protéger et à sauver la vie des groupes à haut risque.

Près de 23.000 nouveaux cas et 550 décès en une semaine

La visite du Dr Kaluwa dans la province du Cap-Oriental fait suite à quatre autres visites déjà effectuées dans les provinces du KwaZulu Natal, du Nord-Ouest, de l'État libre et du Gauteng, où sont déployés les experts techniques de l'OMS pour la réponse du nouveau coronavirus. Et il ressort de ces réunions que le soutien continu de l'OMS et les experts techniques déployés sont « précieux ». Avec le soutien de l'OMS, toutes les provinces ont terminé leurs examens intra-action de la Covid-19 qui ont servi de base à leur plan de résurgence respectif.

A noter que l'Afrique du Sud est devenue le premier pays africain à dépasser le million d'infections. Alors qu'une variante plus transmissible du coronavirus est responsable d'une grande majorité des nouveaux cas, le pays le plus touché du continent africain a comptabilisé exactement 1.004.413 cas positifs et 26.735 morts.

La semaine dernière, l'Afrique du Sud enregistrait en moyenne 11.000 nouvelles contaminations par jour, soit une hausse de près de 40% par rapport à la semaine précédente. Et selon le tableau de bord de l'OMS, le pic de cette deuxième vague a été atteint le samedi 26 décembre, avec 14.790 nouveaux cas. Entre la semaine du 14 et du 21 décembre, l'Afrique du Sud a recensé près de 23.000 nouveaux cas et de 550 décès en une semaine.

De nouvelles restrictions pour freiner la propagation du virus

Face à cette tendance à la hausse, les autorités sud-africaines ont adopté hier lundi de nouvelles restrictions. La vente d'alcool est interdite et le port du masque désormais obligatoire a annoncé lundi soir le président sud-africain, Cyril Ramaphosa. Petroria a également décidé d'étendre le couvre-feu, en vigueur dès 21H00 au lieu de 23H00.

La vitesse des contaminations est « particulièrement alarmante », a fait valoir le Président sud-africain sur son compte twitter. S'il a admis que ces nouvelles restrictions sont des « mesures drastiques », le Président Ramaphosa a indiqué qu'elles sont « désormais nécessaires pour garantir le respect des mesures préventives les plus élémentaires ».

L'Afrique reste l'un des continents les moins touchés par le coronavirus. Mais depuis la mi-octobre, une moyenne de 46.000 cas par semaine a été enregistrée dans les 47 pays de la Région africaine de l'OMS, par rapport à environ 29.000 cas par semaine entre début septembre et début octobre. « Des mesures plus fortes sont nécessaires alors que les pays africains voient une nette augmentation des cas de Covid-19 », avait d'ailleurs alerté le 17 décembre dernier le Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

L'Afrique comptait 2,6 millions de cas et plus de 62.000 décès, selon un comptage établi lundi par le bureau régional de l'OMS pour l'Afrique. Les Amériques comptent plus de 34,8 millions, l'Europe plus de 25 millions de contaminations, l'Asie du sud-est 11,8 millions et la Méditerranée orientale, plus de 4,8 millions. La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1,76 millions morts dans le monde. Plus de 79,9 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.