Sénégal: Hopital régional de Ziguinchor / Bras de fer entre directeur et blouses blanches - Un sit-in depuis trois semaines met à terre l'hôpital

30 Décembre 2020

Entre le directeur de l'hôpital Régional de Ziguinchor et les travailleurs, ce n'est plus le parfait amour. Depuis trois semaines, le fonctionnement de l'hôpital Régional de Ziguinchor est paralysé par un mouvement d'humeur qui indispose les malades et leurs accompagnants qui risquent d'être les agneaux du sacrifice dans ce « mortel combat » entre la direction et le syndicat des travailleurs.

Depuis le 09 Décembre dernier, le spectacle est presque le même dans cette structure sanitaire la plus grande dans la région de Ziguinchor : en brassards rouges, les blouses blanches désertent salles de consultation, bureau et autres postes le temps de quelques heures pour observer un sit-in dan dans l'enceinte de l'hôpital. Une situation qui perdure. Problème structurel, manque de personnel appliqué à une mauvaise gestion : voilà entre autres griefs agités par l'intersyndicale des travailleurs de l'hôpital sur la tête du Directeur de l'hôpital Martial Coly Bopp qui balaie tout d'un revers de mains.

Et lorsqu'il y a une semaine, le maitre des lieux a fait l'objet d'une séquestration par les agents, on croyait qu'une issue heureuse serait trouvée à cette gangrène de l'hôpital .Mais c'est sans connaitre la détermination des travailleurs de l'hôpital qui comptent aller jusqu'au bout de leur combat « Vous comprendrez aisément que si on avait un interlocuteur par rapport à ce mouvement d'humeur, peut être que des discussions seraient enclenchées et qu'on n'en serait pas là .Mais depuis le 09 décembre, on vient tous les jours en sit- in mais le directeur manifeste une indifférence totale. Ca ne le dérange pas que les gens soient en ordre de bataille... », peste Simeon Faye qui parle de mépris total du directeur de hôpital vis-à-vis de son personnel.

Pour lui, le problème de l'hôpital régional est structurel : « Tous les maillons de l'- hôpital sont malades, il y a un déséquilibre par rapport à la gestion de la ressource humaine ... .Parce qu'une structure qui polarise 90% de son personnel comme contractuels, cette structure si vous lui donnez 6 milliards ou 10 milliards, ce sera juste retarder l'échéance. La structure est aussi plombée par les programmes de gratuité car nous faisons partie de quatre rares hôpitaux du Sénégal à appliquer scrupuleusement et entièrement les programmes de gratuité de l'Etat Tout ce qu'on réclame, c'est que les malades puissent être pris en charge et entretenus correctement... », martèle le syndicaliste qui dresse un tableau sombre du déficit en personnel dans cet hôpital. « Plus de huit services ne fonctionnent pas.

La réanimation ne fonctionne pas, la radiologie idem pour des problèmes de film tout comme le bloc opératoire presque à l'arrêt. Nous n'avons plus de cardiologue depuis le décès du docteur Sall, plus d'urologue ni de chirurgien viscéralgie...

L'hôpital est malade, très malade», diagnostique M. Faye qui place cette regrettable situation sous le coup d'un surendettement de l'hôpital Régional qui a reçu hier un important lot de matériel médical offert par le président de la CNDT, Benoit Sambou. Cette grogne des travailleurs de l'hôpital depuis maintenant trois semaines risque de plonger dans le coma cette structure sanitaire diagnostiquée malade par ses propres agents.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.