Afrique: L'OMS appelle à une plus grande surveillance avec l'apparition de nouveaux variants de la Covid-19

Brazzaville — Avec la récente apparition dans la Région africaine de nouveaux variants de la COVID-19 qui semblent avoir une transmissibilité plus forte, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle les pays à renforcer la surveillance et l'analyse génomique à travers le réseau africain de laboratoires de séquençage du génome afin de détecter toutes nouvelles mutations et de renforcer les efforts pour enrayer la pandémie.

L'Afrique du Sud a récemment détecté un nouveau variant du SARS-CoV-2, qui semble se transmettre plus facilement et est probablement lié à l'augmentation actuelle d'infections à la COVID-19 dans le pays. Davantage d'analyses sont en cours pour déterminer la signification épidémiologique de cette mutation. Le Nigeria procède aussi à plus d'investigations sur le variant identifié dans des échantillons collectés en août et en octobre.

« L'apparition de nouveaux variants de la COVID-19 est un phénomène courant. Néanmoins, ceux avec une vitesse supérieure de transmission ou une potentielle pathogénicité élevée sont préoccupants. Des enquêtes essentielles sont en cours pour pleinement comprendre le comportement des nouveaux virus mutants et adapter la riposte en conséquence », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

En septembre 2020, l'OMS et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa CDC) ont lancé un réseau de 12 laboratoires en Afrique pour renforcer le séquençage du génome du SARS-CoV-2. À la date du 23 décembre, 4948 séquences ont été produites dans la Région, représentant uniquement 2 % des 295 101 séquences réalisées dans le monde jusqu'à présent.

L'Afrique du Sud, qui est à l'origine de la plupart des 4948 séquences, a identifié 35 lignées du SARS-CoV-2, et le Nigeria 18. Regrouper les virus de différents pays au sein d'une même lignée ou d'une même sous-lignée permet de mettre en évidence les liens ou l'importation de virus entre pays.

Le bureau régional de l'OMS pour l'Afrique fournit des conseils techniques et mobilise un soutien financier supplémentaire pour accélérer le séquençage génomique dans la plupart des pays de la Région, de même qu'une aide à l'acheminement des échantillons aux laboratoires régionaux de référence depuis les pays qui ne possèdent pas de structures de diagnostic spécialisées.

« Alors que la surveillance et la détection de la COVID-19 sont des éléments cruciaux de la riposte à la pandémie, les mesures de santé publique telles que le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque demeurent essentielles pour limiter les infections », a déclaré Dr Moeti. « Les mesures actuelles de prévention sont aussi efficaces pour les nouveaux variants de SARS-CoV-2. »

Les nouveaux variants sont apparus alors que les infections à la COVID-19 sont en augmentation dans les 47 pays de la Région africaine de l'OMS, approchant le pic atteint en juillet 2020. Au cours des 28 derniers jours, l'Algérie, le Botswana, le Burkina Faso, la République démocratique du Congo, l'Éthiopie, le Kenya, la Namibie, le Nigeria, l'Afrique du Sud et l'Ouganda ont enregistré les plus hauts nombres de nouveaux cas, représentant 90 % de toutes les infections de la Région africaine.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.