Afrique: L'adieu au Darfour

31 Décembre 2020

La mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (Minuad) doit mettre fin jeudi à une opération de 13 ans dans cette région de l'ouest du Soudan où des violences tribales restent à craindre.

Le Togo a actuellement 161 personnes en uniforme déployées sur place, dont 159 membres d'une unité de police constituée (FPU).

La Minuad "va officiellement mettre fin à ses opérations jeudi quand le gouvernement soudanais reprendra la responsabilité de la protection des civils dans la région", a indiqué la mission dans un communiqué.

Le retrait progressif des quelque 8.000 membres de la mission onusienne, militaires, policiers et civils, commencera en janvier et doit s'étaler sur une période de six mois.

La fin de la mission, qui avait débuté fin 2007, intervient malgré une recrudescence des affrontements tribaux au Darfour, qui ont provoqué la mort de 15 personnes et des dizaines de blessés la semaine dernière.

Les autorités soudanaises ont assuré que leurs troupes seraient déployées dans la région pour contenir les violences.

Mais les habitants du Darfour craignent pour leur vie et ont manifesté ces dernières semaines contre le retrait imminent de la force de maintien de la paix.

La date du 31 décembre avait été jugée prématurée par les membres occidentaux du Conseil de sécurité de l'ONU, au nom de la protection des civils. Ils appelaient à un processus graduel et prudent.

Les violences au Darfour avaient débuté en 2003 entre les forces progouvernementales et des insurgés issus de minorités, provoquant la mort d'environ 300.000 personnes et faisant plus de 2,5 millions de déplacés, essentiellement durant les premières années, selon les Nations unies.

Les insurgés accusaient le régime de Omar el-Béchir --destitué en avril 2019 sous la pression d'un mouvement de contestation-- de marginaliser la région.

Pour lutter contre la rébellion, les autorités soudanaises avaient déployé les Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de "nettoyage ethnique" et de viols.

En octobre, le gouvernement de transition soudanais, installé en août 2019 et issu d'un accord entre militaires et dirigeants du mouvement de contestation, a signé un accord de paix avec plusieurs groupes rebelles y compris au Darfour.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.