Guinée: Rétrospective de l'année - Les faits politiques marquants en 2020

31 Décembre 2020

2020 a été une année éprouvante. Des troubles causés par des manifestations contre un troisième mandat d'Alpha Condé, qui malgré tout n'a pas fléchi. D'ailleurs il passera à l'offensive pour organiser la même année, trois élections contestées par l'opposition. Ce qui va engendrer des violences à Conakry ainsi qu'à l'intérieur du pays, suite auxquelles une dizaine de morts a été enregistrée. À cela s'ajoute la vague d'arrestation des opposants.

L'année 2020 a été particulièrement marquée par de série de manifestations d'une ampleur inédite, qui ont lieu dans la capitale ainsi qu'à l'intérieur du pays, à l'appel de la coordination du front national pour la défense de la constitution. En mars, la pandémie du coronavirus conduit à la suspension des manifestations de tout genre, tandis qu'Alpha Condé passe à l'offensive pour concrétiser son projet de nouvelle constitution.

Malgré la COVID 19, le chef de l'État va appeler les guinéens aux urines au compte d'un double scrutin, législatif et référendaire. Cela étant dans le but de s'offrir un troisième mandat. Les grands partis de l'opposition boycottent ces élections et s'engage à empêcher sa tenue avec le FNDC, mais en vain. Car la nouvelle assemblée sera mise en place et la nouvelle constitution se verra promulguée.

2020, une année de grands enjeux pour l'histoire du pays, caractérisée par les élections. Le 18 octobre, le peuple est appelé à nouveau aux urnes pour élire le président de la République avec Alpha candidat à sa propre succession pour un troisième mandat.

Sidya Touré de l'UFR, Lansana Kouyaté du PEDN et d'autres figures politiques choisissent de ne pas y prendre part estimant que c'est un match gagné à l'avance par Alpha Condé. Mais le principal parti de l'opposition décide d'aller à cette élection. 12 candidats en lice à ce scrutin très controversé, qui donne lieu à plusieurs manifestations au lendemain du vote avec l'auto-proclamation de Cellou Dalein Diallo vainqueur.

Des citoyens déplacés, des dégâts matériels enregistrés et une dizaine de morts.

Finalement la CENI déclarera Alpha Condé vainqueur avec 59,59% de suffrages, et sera investi le 15 décembre par la cour constitutionnelle pour les 6 prochaines années.

Un résultat contesté par l'opposition même si l'Union Africaine et la CEDEAO semblent l'accepter. Mais l'Union européenne, elle, l'a décrié notamment la France. Après l'élection, une vague d'arrestations va drainer les opposants et activistes de la société civile en prison où certains vont mourir. L'UFDG et l'Alliance nationale pour l'alternance démocratique maintiennent le cap pour exiger la libération des détenus politiques et la reconnaissance de la victoire de Cellou Dalein.

Au même moment, des opposants au régime d'Alpha Condé ont été bloqués à l'aéroport de Conakry et leurs documents de voyage confisqués comme ce fut le cas de Sidya Touré et Abé Sylla. Au compte de l'année qui s'en va, un officier de l'armée a été tué lors d'une attaque contre deux camps militaires et la prison civile à Kindia. Cette mutinerie va se transporter à Dubréka, où des échanges de tirs vont éclater entre les mutins qui ont fui Kindia et l'unité de force spéciale, là également l'on a compté des morts.

Pour l'année 2020, la Guinée a célébré avec sobriété le 62ème anniversaire de son accession à l'indépendance le 02 octobre. À Conakry, le chef de l'État a procédé au dépôt de la gerbe de fleurs à la place des Martyrs à Kaloum.

Bref, 2020 selon certains, a été une année de troubles politiques et sociaux, le tout aggravé par la COVID 19 qui a sans doute appauvri les citoyens. Néanmoins, beaucoup fondent l'espoir sur la nouvelle année qui commence, pour l'atténuation de leur souffrance.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.