Mozambique: Total évacue une partie de son personnel d'un projet gazier dans le Cabo Delgado

Le producteur de pétrole et de gaz français est engagé dans un immense projet de gaz liquéfié sur la côte mozambicaine. Il invoque les attaques jihadistes ainsi que la pandémie de Covid-19 dans la zone pour expliquer la réduction de ses effectifs.

La province de Cabo Delgado est frappée par une sanglante insurrection jihadiste et ces deniers jours, les insurgés islamistes ont lancé des attaques à seulement quelques kilomètres du chantier opéré par Total.

Ainsi, vendredi, si l'immense site où le français est en train de construire une usine de liquéfaction du gaz n'a pas été directement attaqué, le village voisin de Quitupo a été le théâtre d'une fusillade entre les forces de sécurité et les jihadistes.

Ces insurgés, qui ont fait allégeance à l'État islamique, se rapprochent insensiblement, depuis plusieurs semaines, des installations. Au moins quatre attaques ont été confirmées au cours du mois de décembre dans un périmètre de quelques kilomètres.

Le projet gazier, qui pèse 16,5 milliards d'euros et dans lequel Total détient un quart des parts, est d'une importance vitale pour le Mozambique qui pourrait, grâce à lui, devenir l'un des producteurs majeurs de gaz liquéfié au monde. Encore faudrait-il que la paix revienne dans la région de Cabo Delgdo et le nord du pays.

Démarrée en 2017, l'insurrection islamiste a fait plus de 2 500 morts et déplacé 570 000 villageois.

Pour l'heure, selon l'Agence France-Presse, Total tente de relocaliser une centaine de ses employés dans la capitale, Maputo.

Contacté par RFI, le groupe français précise également que la situation épidémique a joué dans la décision d'évacuer une partie du personnel. C'est en effet sur le chantier qu'ont été détectés, en avril dernier, les premiers cas de Covid-19 au Mozambique. Et depuis décembre, de nouveaux cas sont apparus dans la région.

► À lire aussi : Au Mozambique, les jihadistes menaçent le projet gazier de Total à 60 milliards de dollars

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.