Afrique: Zlecaf - Entrée en vigueur de l'accord de libre-échange interafricain

Alger — L'accord de libre-échange inter-africain est entré en vigueur officiellement, en ce début 2021, conformément aux engagements pris par les Etats ayant signé et ratifié le texte de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

La ZLECAF est une zone géographique dans laquelle les biens et les services circulent sans restriction entre les Etats membres de l'Union Africaine (UA).

Avec un marché de 1,2 milliards de personnes, d'une valeur de 3000 milliards USD et un Produit intérieur de 2500 milliards USD, il est attendu que les potentialités et les capacités économiques du Continent connaissent une exploitation optimale grâce aux flux commerciaux intra-continentaux qui devront avoisiner les 52% au lieu du taux actuel.

Actuellement, les échanges entre nations africaines ne représentent que 16% de leur total, tandis qu'en Europe et en Asie, le taux dépasse largement 60%.L'objectif de l'Union africaine est donc de faire progresser ces échanges pour créer davantage de richesses.

Les 10% restants représentent les produits sensibles, dont un taux de 7% qui sera libéralisé progressivement durant 10 ans pour les pays membres en voie de développement et 3% pour les pays membres les moins développés, ce qui constitue un avantage important pour la protection du produit national.

Le taux de 3% des clauses des tarifs douaniers est exclu de la libéralisation tarifaire, soit l'équivalent de 491 tarifs.

Pour rappel, l'accord portant création de la ZLECAF a été signé lors de la 10e session extraordinaire du Sommet des chefs d'Etat et de Gouvernement en mars 2018 à Kigali (Rwanda).

L'Algérie qui a été parmi les premiers pays à ratifier cet accord a réaffirmé récemment par le biais du Premier ministre, Abdelaziz Djerad que la Zlecaf constituait pour elle "un choix stratégique".

L'Algérie a également souligné la nécessité de consentir davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens.Ces difficultés ont trait notamment, aux règles d'origine, aux tarifs douaniers et aux listes d'engagements relatifs au commerce de services.

Le Premier ministre, avait, dans ce sens, souligné l'adhésion de l'Algérie au consensus enregistré au niveau des instances de négociation, concernant les questions en suspens en lien avec les règles d'origine.

Il avait également assuré que "l'élaboration des offres tarifaires du commerce des biens et des services et des offres préliminaires des secteurs prioritaires pour le commerce de services algérien, est en voie de finalisation".

Actuellement, le volume des échanges commerciaux algériens avec la Zlecaf ne dépassant pas 3 % du total des échanges. L'Algérie occupe la 20ème place du total des pays fournisseurs du continent, soit 0,4% du total des importations du continent africain.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.