Algérie: Economie - Trois nouveaux leviers de croissance pour l'Algérie

Alger — Trois nouveaux leviers de la croissance économique doivent être actionnés à moyen terme, incluant l'entreprenariat, le développement industriel et les investissements directs étrangers (IDE), recommande le ministère de la Prospective dans son premier rapport sur la relance économique en Algérie pour 2020-2024.

Dans ce rapport, dont l'APS a obtenu une copie, le ministère recommande l'appui sur trois nouveaux leviers de croissance économique pour l'Algérie en misant sur la mise de l'entreprenariat au cœur de la démarche de création de valeur, sur le développement industriel comme facteur structurant des chaines de valeur et sur les IDE en tirant profit de la relocalisation dans le cadre de la régionalisation des chaines de valeurs.

Concernant la mise en avant de l'entreprenariat, il s'agit, selon le rapport, de la création et la promotion d'entreprises de toutes tailles, notamment sur le plan de l'innovation.

Il s'agit également, poursuit le rapport, d'accroitre le nombre de brevets, le nombre de start-up issues des universités, le nombre de Fab Lab et les partenariats entre entreprises et universités.

De plus, il est recommandé d'encourager la création de micro-entreprises dans les zones d'ombre, de créer des zones d'activité économique au profit de ces micro-entreprises et de promouvoir les produits et services des micro-entreprises au niveau des expositions nationales et internationales.

Investissement: s'orienter vers les secteurs productifs à fort effet d'entraînement

Concernant le développement industriel comme facteur structurant des chaines de valeur, le ministère estime que pour diversifier son économie, le pays doit orienter sa politique d'investissement vers les secteurs productifs à fort effet d'entraînement et présentant un potentiel d'exportation.

"Dans cette perspective, les politiques publiques à venir doivent converger pour impulser une croissance économique viable et durable", souligne-t-il, précisant que les principaux vecteurs de cette croissance incluent l'agriculture, l'énergie notamment via le renouvelable, les mines, le Numérique, l'industrie pharmaceutique et le BTPH.

Il s'agit également d'assurer la transition énergétique par la promotion et l'industrialisation des énergies renouvelables.

Le ministère met aussi l'accet sur la valorisation du potentiel minier national à travers le développement des chaines de valeurs minières et l'établissement d'une cartographie des mines stratégiques et d'une carte géologique de l'ensemble des gisements exploitables.

Lire aussi: Loi de Finances 2021: une série de mesures en faveur de l'investissement et des exportation

Le développement industriel du pays, poursuit le rapport, doit aussi passer par la digitalisation de l'économie comme moyen de renforcement de la productivité, notamment via le développement du e-commerce, l'encadrement de l'exportation de services numériques au profit des entreprises émergentes et l'encouragement de la transition numérique via des incitations fiscales et parafiscales.

Le développement d'une industrie pharmaceutique à forte valeur ajoutée et à fort potentiel d'exportation est également souligné par le ministère.

Concernant le BTPH, le document plaide pour la rationalisation de l'allocation des ressources et l'amélioration de l'efficacité des infrastructures réalisées.

S'agissant du développement des IDE, il s'agit de tirer profit de la relocalisation dans le cadre de la régionalisation des chaines de valeurs, estime le rapport, soulignant que la perspective de relocalisation représente des opportunités pour certaines économies, notamment l'Algérie.

Pour l'Algérie, un important flux d'IDE serait bénéfique pour l'économie permettant notamment d'importants gains de productivité à travers le transfert de technologie qu'ils entrainent.

Les IDE peuvent également permettre à l'Algérie "la diffusion des meilleures pratiques managériales et du savoir-faire international, la création d'emplois décents, le développement et la montée en gamme de la production nationale se traduira par de meilleures performances à l'exportation et une meilleure intégration dans les chaines de valeur mondiales".

Ainsi, pour rendre plus attractive l'économie Algérienne vis-à-vis des IDE, le rapport recommande de développer une politique industrielle efficace, en partenariat avec le secteur privé, et d'assurer une ouverture commerciale.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.