Ile Maurice: Pétard - Une cinquantaine de disparitions de chiens signalée

Les pétards font plus de mal que de bien. Les propriétaires de chiens et de chats ne diront pas le contraire. Ainsi depuis le réveillon, plus d'une cinquantaine de disparitions de chiens a été signalée sur Facebook. Les chats ne sont pas en reste. Les propriétaires cherchent désespérément leurs chiens et chats.

Rubina Jhubhoo, activiste et "animal rescuer" est catégorique. Elle avance que plus d'une cinquantaine de chiens se sont sauvés de chez eux à cause des pétarades. «Les chiens sont sensibles et ne peuvent supporter les bruits produits par les feux d'artifice. Chaque année, nous essayons de conscientiser les «Pet Owners» ainsi que les Mauriciens sur les effets néfastes des pétards. Toutefois, les gens ne nous prennent pas au sérieux et ne réalisent pas l'impact que cela peut avoir sur ces animaux innocents. Cette année, hormis les disparitions, il y a des chiens qui ont eu des accidents de la route. Certains sont morts alors que d'autres sont blessés. C'est écoeurant.»

Selon notre interlocutrice, les internautes ciblent les propriétaires de chiens avec des critiques insensées. Selon elle, ces propriétaires sont fautifs s'ils laissent leurs chiens traînés ici et là. Cependant, les pétards rendent les chiens et chats agités et anxieux. Certains se sauvent par tous les moyens possibles. «Les pétards sont à la fois nuisibles à l'environnement et aux animaux. Il faut impérativement mettre fin à cette tradition arriérée au profit des animaux.»

Kamlesh Haulkory n'a pas perdu son chien. Toutefois, le 1er janvier, il a eu la surprise de trouver un chien complètement désemparé chez lui. Il a fini par comprendre que le toutou a eu peur et s'est enfuit. Il a même signalé sa disparition sur Facebook. «J'ai nourri le toutou mais il n'a pas voulu manger. Samedi matin, il était déjà parti.»

Sazeema Jhummun n'est pas adepte de la tradition «sonne petar» pour le Nouvel An. C'est peut-être pour ça que vendredi, elle a retrouvé un petit chat perdu à son dimicile. Malgré les appels lancés sur Facebook, le propriétaire du chat n'a pu être retracé. «Il y a un bon samaritain qui veut bien adopter le chat», indique-t-elle.

À D'Epinay, la famille Bhoyroo est à bout de souffle. Depuis le 31 décembre 2020, elle cherche son chien Malo. Deepack Bhoyroo a silloné, en vain, la région. Même les postes sur Facebook ne donnent rien. La famille a promis une récompense de Rs 3 000 à celui qui rapporterait le chien. «On aime notre chien et on ne l'a jamais maltraité. Le 31, il était agité et a tiré sur le portail. C'est là qu'il a pu s'enfuir. Au lieu de nous réconforter, les internautes s'acharnent sur nous.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.