Tchad: Affrontements meurtriers entre éleveurs et agriculteurs dans le Salamat

Two little boys ride a donkey in N'Djamena, Chad.

Au Tchad, une dizaine de personnes ont été tuées dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans la province du Salamat. Les affrontements ont éclaté suite à une dévastation de champ par un troupeau, un phénomène qui s'est accentué ces dernières semaines dans plusieurs provinces du pays.

Les affrontements ont eu lieu entre vendredi et samedi 2 janvier, dans plusieurs champs autour de la localité de Mourraye, au Salamat, dans le sud-est du Tchad.

Après une dévastation, des éleveurs ont empêché des agriculteurs de confisquer le troupeau, en attendant un arbitrage. Une bagarre a alors éclaté, faisant des morts. Les deux camps ont ensuite appelé des renforts et les affrontements se sont étendus sur plusieurs kilomètres à la ronde. Les forces de l'ordre déployées sont parvenues à contenir la bataille.

Ce dimanche matin, on dénombre onze morts et treize blessés. Douze personnes impliquées dans les affrontements ont été mises aux arrêts. Les forces de l'ordre sont déployées dans les hameaux pour récupérer les armes de guerre qui ont été utilisées dans les affrontements.

Depuis le mois d'octobre, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées dans ce genre d'affrontements où les autorités administratives sont souvent accusées de prendre le parti des éleveurs.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.