Congo-Brazzaville: Lutte contre le Covid-19 - Denis Sassou N'Guesso exprime sa reconnaissance au corps diplomatique

A l'occasion de la cérémonie traditionnelle de présentation des vœux, le 4 janvier, et en réponse aux vœux du corps diplomatique, le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, a exprimé sa reconnaissance du soutien apporté par des pays, à travers leurs ambassadeurs respectifs, dans la lutte contre le coronavirus.

« La présente cérémonie m'offre l'occasion de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement congolais, ainsi qu'à mon nom propre ma profonde gratitude pour le soutien multiforme que vous avez bien voulu nous apporter, en vue de renforcer nos capacités de riposte à cette grave crise sanitaire », a déclaré le chef de l'Etat Congolais, tout en soulignant les défis économiques et sociaux auxquels sont confrontés les pays du monde, aggravés par la pandémie de covid-19.

Denis Sassou N'Guesso a également exprimé ses inquiétudes face à la découverte d'une nouvelle souche du virus, notamment, en ce qui concerne « l'efficacité des vaccins récemment produits et déjà en cours d'utilisation dans quelques pays ».

« Malgré les ravages perpétrés, le coronavirus a contribué, de manière remarquable, au renforcement de la solidarité entre les nations », a-t-il relevé. Son souhait serait que cette coopération « agissante » serve d'exemple face à d'autres situations analogues qui nécessitent la mobilisation de la communauté internationale.

L'année 2020 étant caractérisée par plusieurs processus électoraux, en l'occurrence aux Etats Unis d'Amérique, en Europe et en Afrique, Denis Sassou N'Guesso a renouvelé ses félicitations à tous les chefs d'Etat qui ont bénéficié de la confiance de leurs peuples.

Revenant sur le bilan fait par le doyen du corps diplomatique sur la situation internationale, le président de la République a réitéré l'idée selon laquelle, « la paix et la sécurité ont été souvent menacées par les conflits armés, le terrorisme, l'extrémisme violent et les effets induits par le dérèglement climatique ».

« Face aux menaces et au périls divers, le Congo a activement et inlassablement contribué à la recherche de solutions pacifiques. Notre mandat à la tête de la conférence internationale pour la région des Grands Lacs a été consacré à la préservation de la paix et de la sécurité dans cette vaste région aux immenses potentialités naturelles », a-t-il indiqué.

Le Congo reste disponible sur la Libye

S'agissant de la situation en Libye, Denis Sassou N'Guesso a rappelé que le Congo « continue de mobiliser les efforts », à l'image du 33e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine tenu les 9 et 10 février 2020, à Addis Abéba, en Ethiopie, ayant abouti à l'adoption d'une feuille de route en faveur de la paix et de la réconciliation en Libye. Les deux rencontres sur la Libye organisées à Brazzaville et à Oyo, ne sont pas passées sous silences.

« Je demeure attentif aux différentes initiatives prises à ce sujet et je salue les avancées enregistrées dans la recherche de la paix dans ce pays. Il est urgent de signaler que la Communauté internationale renforce son appui aux forces qui combattent le terrorisme dans la région du Sahel », a-t-il suggéré.

« Notre action multilatérale doit également se préoccuper des crises et des conflits armés dans les pays voisins », a ajouté le président de la République.

Parlant de sa désignation à la présidence en exercice de la CEEAC, Denis Sassou Nguesso a précisé que, « Ce mandat s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme institutionnelle, entreprise sous l'égide de l'Union Africaine. Je ne ménagerai aucun effort dans la matérialisation des engagements pris à Libreville pour le développement de notre espace communautaire. »

Le Congo qui abrite une partie du bassin du Congo attache, a dit le chef de l'Etat, « une grande importance à la lutte contre le réchauffement climatique et à la concrétisation de l'accord de Paris sur le climat ».

En ce qui concerne les négociations avec le Fonds monétaire internationale qui se poursuivent, ainsi que la tenue de l'élection présidentielle prévue pour mars 2021, le Congo, a-t-il dit, « ne ménagera aucun effort afin qu'elles aboutissent le plus rapidement possible. Notre engagement reste aussi intangible en ce qui concerne la paix et la stabilité de notre pays. Les travaux de la concertation politique tenue du 25 au 27 novembre 2020 à Madingou, procèdent du souci constant de préserver la cohésion nationale. L'élection présidentielle qui aura lieu au cours de l'année 2021, ne nous détournera pas de ces préoccupations. »

« Le Congo compte sur l'accompagnement de ses partenaires pour le déroulement apaisé et la réussite de ce scrutin. Les Etats et les organisations que vous représentez appuient toujours notre pays dans sa marche vers le développement. Nous saluons cet élan de solidarité qui concourt à l'amélioration des conditions de vie de nos populations », a conclu le chef de l'Etat, Denis Sassou N'Guesso.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.