Madagascar: Ils ont fait le buzz - Un dauphin honoré à ses funérailles

Nul besoin de la conscience d'un quelconque organisme environnemental venu d'Europe ou d'ailleurs, la scène a été incroyable et partagée sur les réseaux sociaux en début d'année.

C'est un dauphin échoué et décédé sur la plage d'Ambondrona à Nosy Be. L'animal a été blessé. Jusque là, rien de bien intéressant. La suite allait devenir virale. La ou le delphinidé a été veillé(e) par les riverains durant une nuit le 2 janvier, avec des chants traditionnels, des bougies et un linceul pour couvrir son corps. Comme un vrai être humain. Une cérémonie a ensuite été organisée pour son enterrement. Jamais un dauphin ne connaîtra un tel adieu et respect venant des hommes.

Rapidement, les réactions ont fusé sur Internet. D'autres étaient loufoques, « il aurait fait un bon repas », « il aurait fini en amuse gueule s'il avait été retrouvé là-bas au dépôt »... certains assez respectueux, « il ne faut pas rejeter les traditions ancestrales ». D'autres posent des questions, « est-ce qu'il s'agit vraiment d'une tradition ancienne ? », etc. Bref, l'action de ces femmes et de ces hommes n'ont pas laissé indifférente la planète « facebook » malgache. Quoi qu'il en soit, leurs gestes démontrent un aspect « oublié » de la relation des Malgaches avec la nature. Respectueux, complémentaire mais aussi conflictuel.

Une image complètement incroyable, l'animal dans son linceul avant l'ensevelissement.(crédits photos : Bebel Betombo)

Cependant, les dizaines d'images partagées sur ce réseau social méritent le respect envers cette communauté. Expliqué par le publicateur, « le dauphin possède un statut particulier. Il a toujours aidé les hommes, surtout durant les colonisations du temps des royaumes ». La relation de ce cétacé avec ses congénères à deux pattes a toujours été amicale. Que ce soit à Madagascar ou ailleurs. Ce qui est sûr, c'est qu'il repose en paix maintenant. Le grand paradoxe, un animal marin dont la dernière demeure se trouve sur terre.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.