Afrique: USA - La Géorgie au cœur d'une bataille inédite pour le contrôle du Sénat

Président Donald Trump

Washington — Trois mois après la victoire du candidat démocrate Joe Biden à la présidentielle américaine, les électeurs de la Géorgie se rendent à nouveau aux urnes ce mardi pour un vote qui décidera du contrôle du Sénat et, ce faisant, de la balance du pouvoir au cours des quatre prochaines années à Washington.

En novembre, Biden avait créé la surprise en remportant la Géorgie par une marge infime de 11.000 votes, devenant le premier candidat démocrate à la présidentielle à remporter cet Etat conservateur du Sud des Etats-Unis depuis 1992.

Toutefois, dans la course pour remporter les deux sièges au Sénat américain qui sont attribués à la Géorgie, aucun des quatre candidats en lice n'a réussi à franchir la barre fatidique des 50% des votes, déclenchant ainsi un deuxième tour qui tient les Américains en haleine.

Jusqu'à présent, les Républicains ont réussi à s'accrocher à leur majorité de 2 sièges, 50-48, dans l'attente du dénouement du vote de mardi. Pour garder leur avantage, Mitch McConnell et compagnie peuvent se contenter de la victoire de l'un des deux candidats républicains en lice, à savoir David Perdue ou Kelly Loeffler.

De leur côté, les Démocrates n'ont pas le choix; Jon Ossoff et le révérend Raphael Warnock doivent tous deux l'emporter dans leurs duels respectifs face à Perdue et Loeffler pour offrir le Sénat à Biden. En effet, en cas d'égalité 50-50, c'est la vice-présidente élue Kamala Harris, en tant que présidente du Sénat, qui devra trancher, donnant à son parti un avantage décisif.

Depuis trois mois, les deux partis se sont mobilisés pour leurs candidats, et tous les regards sont désormais tournés vers le Peach State pour une élection aux allures de deuxième round de la présidentielle.

Preuve des enjeux majeurs, il s'agit de l'élection sénatoriale la plus couteuse de l'histoire du pays, avec un net avantage pour les deux candidats démocrates. Ossoff et Warnock ont eneffet déjà levé 106,8 millions et 103,4 millions de dollars respectivement. De leur côté, Perdue et Loeffler ont mobilisé 68 et 64 millions "seulement".

Depuis le 04 novembre, près d'un demi milliard de dollars ont été dépensés en publicités par les deux camps, selon les données d'AdImpact.

Dans la guerre médiatique à laquelle se livrent les deux camps, les républicains ont décrit Ossoff et Warnock comme des "radicaux de gauche".

"Ils veulent changer radicalement le pays. Vous voulez sauver le pays", a notamment prévenu Loeffler dans une publicité de campagne. "Ensemble, nous allons stopper le socialisme dans son élan".

Pour leur part, les démocrates ont fustigé les candidats républicains pour leur implication présumée dans un scandale de délit d'initié. Le sénateur Perdue fait l'objet d'une enquête du FBI pour avoir vendu certaines de ses actions en bourse en février 2020 après avoir obtenu des renseignements confidentiels sur la pandémie de coronavirus dans le cadre de ses briefings au Sénat.

Du côté des sondages, les quatre candidats se tiennent dans un mouchoir de poche. Selon la moyenne des sondages du site Fivethirtyeight, Ossoff est accrédité d'une avance de 1,4% face à Perdue, à 49,3% contre 47,9%. Les marges sont tout aussi serrées entre Warnock et Loeffler, avec un avance de 2% seulement pour le démocrate.

Pour l'emporter, les démocrates peuvent s'appuyer sur l'incroyable travail de la base du parti et de militants comme l'ancienne candidate malheureuse au poste de gouverneur de Géorgie en 2018, Stacey Abrams. Depuis deux ans, cette activiste a réussi à mobiliser les Afro-américains, qui constituent une catégorie importante d'électeurs dans cet Etat du sud américain et qui ont tendance à voter massivement pour les démocrates.

Une nouvelle fois, les efforts d'Abrams semblent porter leurs fruits puisque pas moins de 3 millions de votes par correspondance ont déjà été envoyés, signalant une participation record de l'électorat démocrate.

"Je pense que nous sommes encouragés par ça", a déclaré un porte-parole de la campagne Ossoff. "Je pense qu'il est bon de voir les gens voter et voter tôt, et je pense que Jon continue d'appeler les gens, s'ils n'ont pas encore voté, pour élaborer un plan pour voter dès qu'ils le peuvent".

Toutefois, les républicains n'ont pas dit leur dernier mot et peuvent s'appuyer sur la capacité de mobilisation sans pareil du président Donald Trump qui était attendu lundi à Dalton.

"Notre organisation de base sans précédent est la plus grande de l'histoire de la Géorgie (... ). Notre vaste programme de contact atteint des électeurs que notre parti n'a jamais ciblés auparavant - et ces avantages seront évidents le 5 janvier", estime, pour sa part, le directeur des communications de la campagne Perdue, John Burke.

Pour les démocrates, une victoire est essentielle pour permettre à Biden de mettre en œuvre son ambitieux agenda politique. Les républicains, de leur côté, veulent absolument maintenir leur avantage pour rendre la vie dure au président élu, notamment en bloquant ses candidats aux postes de cabinet ou encore ses nominations pour les juges devant siéger dans les nombreux tribunaux fédéraux du pays ou encore à la Cour suprême.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X