Maroc: Cinq questions à la présidente de l'Association marocaine des aspirants à la maternité et à la paternité (AMAMP)

interview

Casablanca — Le ministère de la Santé a récemment inscrit plusieurs médicaments, indiqués dans la prise en charge de l'infertilité, sur la liste des médicaments remboursables dans le cadre de l'AMO, et pour jeter la lumière sur l'importance de cette initiative, la MAP a interrogé la présidente de l'Association marocaine des aspirants à la maternité et à la paternité (AMAMP), Aziza Ghoulam.

1. Quels sont les médicaments, indiqués dans la prise en charge de l'infertilité, qui figurent sur la liste des médicaments remboursables?

Nous avons favorablement accueilli la nouvelle. L'information a été publiée dans le bulletin officiel (24 décembre 2020/N6946). La publication officielle de cette décision est un pas qualitatif dans le domaine de la prise en charge médicale des soins dédiés à l'aide à la procréation.

La page 8516 contient la liste d'hormones et médicaments inscrits dans les traitements dédiés à l'aide à la procréation.

C'est l'aboutissement du processus de plaidoyer pour faire bénéficier les couples infertiles du remboursement médical.

La nouvelle coïncide également avec la fin de l'an 2020 qui était une année difficile à cause de la propagation du coronavirus, mais qui s'est terminée sur une note positive. L'histoire retiendra les noms de tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la concrétisation des rêves de plusieurs familles qui veulent avoir un bébé.

2. Quelles sont les grandes étapes qui ont précédé ce grand acquis?

La couverture médicale a toujours été notre première revendication depuis la création de l'AMAMP.

Cette revendication a été adressée aux autorités compétentes, tels le ministère de tutelle et l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) pour permettre aux couples de bénéficier du remboursement des médicaments indiqués dans la prise en charge de l'infertilité sur la liste des médicaments remboursables, vu que le traitement dans ce genre de cas atteint les 30.000 DH et peut facilement frôler les 45.000 DH mensuellement.

Aujourd'hui, nous sommes satisfaits puisque nous pouvons être remboursés et remercions, par la même occasion, tous ceux qui nous ont épaulés dans ce combat, jusqu'à la réalisation de ce résultat, premier pas vers une couverture médicale totale et globale.

3. La publication de la liste de ces médicaments semble ne pas être la dernière étape de votre plaidoyer.

Absolument, le chemin à parcourir est encore long, car nous aspirons à inscrire toutes les prestations médicales sur la liste des médicaments remboursables, notamment les interventions chirurgicales, les analyses et les actes radiologiques.

Nous aspirons également au remboursement des compléments alimentaires, ainsi que l'ensemble des médicaments indiqués dans ces cas.

4. Comment se présente l'avenir pour le traitement des maladies de l'infertilité au Maroc?

Nous appelons les autorités compétentes à accélérer la procédure pour la mise en place de textes organisationnels pour la loi relative à l'assistance médicale à la procréation et la publication d'un plan de traitement au profit des couples dans le cadre de la santé procréative, sans omettre de mettre à disposition des centres dédiés à cette cause dans toutes les villes du Royaume.

5. Votre message aux couples aspirants à la maternité et à la paternité.

J'invite les couples aspirant à la maternité et à la paternité à ne pas baisser les bras, à être solidaires et ne pas céder aux pressions de la société. Nous sommes sur la bonne voie et avons besoin de la conjugaison des efforts de tous pour que les générations futures puissent bénéficier de conditions optimales.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.