Congo-Kinshasa: Kinshasa ouvre officiellement son Ecole de guerre

Le président Félix Tshisekedi lors de l'ouverture de l'école de guerre à Kinshasa, le mardi 5 janvier 2021.

L'inauguration de l'Ecole de guerre survient alors que, le pays enregistre une augmentation de violences et de conflits armés et que régulièrement, les membres forces armées (FARDC) sont accusées d'exactions.

L'armée congolaise est souvent pointée du doigt par le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits humains qui lui attribue des exactions graves.

Ce bureau de l'ONU espère que cette nouvelle école d'officiers aidera à améliorer le niveau général des troupes.

"La mise en place d'une école de guerre va permettre davantage de former les officiers et de les équiper en termes de connaissances et de savoir-faire de manière à avoir un meilleur niveau de commandement et de contrôle sur les troupes. Il est important d'assurer la discipline dans les troupes et ce qui permettra aussi d'améliorer le comportement sur le terrain, c'est-à-dire, d'avoir une influence aussi sur le niveau de respect des droits de l'Homme", a affirmé le directeur de l'organisation en RDC, Abdoul Aziz Tioye.

Penser résoudre les problèmes de l'est

Pendant ce temps les massacres et autres tueries se poursuivent notamment dans l'est du pays. Une partie du pays où la population se sent livrée à elle-même.

En Ituri, on salue la mise en place de l'école de guerre. Mais beaucoup préfèrent des solutions immédiates.

"L'école de guerre ne peut pas résoudre le problème qu'on a ici. Dans l'immédiat, on a besoin d'assistance. Dans l'immédiat, on a besoin que la guerre s'arrête. L'école de guerre va commencer à former les gens pendant que l'Ituri est déjà vidée de sa population ? Nous avons besoin d'une intervention rapide et urgente afin de mettre fin aux massacres de la population en Ituri, a exigé Dieudonné Lossa Dhekana, président de la société civile de cette province du nord-est de la RDC.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.