Sénégal: Flambée des contaminations et de décès dus à la Covid-19 - Macky décrète l'état d'urgence assorti de couvre-feu partiel à Dakar et Thiès

Face à la flambée des contaminations à la Covid-19, et surtout des cas graves et de décès en cette deuxième vague de la pandémie, les autorités gouvernementales, sous la diligence du chef de l'Etat Macky Sall, avaient prévenu qu'ils n'hésiteraient pas à prendre des mesures d'exception si la situation l'exigeait. Et bien c'est chose faite. A l'issue d'une réunion de crise qui a duré plus de 5 tours d'horloge au Palais de la République, Macky Sall a décrété l'état d'urgence spéciale assorti de couvre-feu sur l'étendue des régions de Dakar et Thiès, à partir de ce mercredi 6 janvier 2021, de 21 heures à 05 heures du matin.

MACKY SALL : «L'HEURE EST GRAVE !»

«Je rappelle aux populations que l'heure est grave. Face au relâchement des populations dans le respect des gestes barrières, face à la recrudescence des cas communautaires, des cas sévères, des cas graves et des cas de décès, j'ai décidé de décréter l'Etat d'urgence sur deux (2) régions, Dakar et Thiès, à compter de ce mercredi de 21 heures à 05 heures du matin». C'est le président Macky Sall qui annonce ainsi le retour du Sénégal sous un régime spécial d'état d'urgence assorti d'un couvre-feu partiel pour faire face à la deuxième vague très virulente de la Covid-19, en termes de contaminations, de cas graves et de décès au Sénégal. Dans une déclaration télévisée à la RTS, suite à une réunion de crise de plus de 5 tours d'horloge sur la pandémie qu'il a présidée au Palais de la République hier, mardi 5 janvier 2021, Macky Sall explique que s'il a été amené à prendre cette décision concernant ces deux régions, c'est parce que Dakar et Thiès regroupent plus de 90% des cas de Covid-19. Suffisant pour qu'il invite les membres du gouvernement à prendre toutes les mesures, chacun en ce qui le concerne, pour freiner cette propagation. Non sans appeler les populations à éviter les rassemblements et les déplacements inutiles.

«UNE STRATEGIE NATIONALE DE VACCINATION DANS LES MEILLEURS DELAIS»

Tout en rendant hommage au personnel sanitaire pour le travail accompli, en revenant sur la situation des services d'urgence et d'accueil, il a commandité des propositions pour la vaccination des populations exposées et vulnérables. «J'ai également ordonné qu'une stratégie nationale de vaccination me soit proposée dans les meilleurs délais pour prendre en charge et en priorité la vaccination du personnel médical et des groupes cibles qui nécessitent la plus grande attention. Bien sûr, le Sénégal continue sa collaboration, dans le cadre de l'initiative Covax... avec l'OMS, ceci n'est pas contradictoire».

Et le président de la République de rassurer quant aux moyens humains, matériels et financiers pour face à la maladie. «Malgré cette nouvelle vague de cette poussée épidémique, au plan international... Le Sénégal dispose de ressources humaines et matérielles mais également financières pour agir efficacement afin de contenir la propagation de la maladie. Voilà pourquoi j'en appelle à la mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation qui, dans un élan solidaire, doit asseoir sa résilience face à cette pandémie. Je compte sur la collaboration et l'engagement communautaire ainsi que sur le soutien des notabilités religieuses et coutumières, des élus, maires, présidents de départements, mais de l'ensemble des élus, des jeunes, des femmes, pour accompagner le travail patriotique de nos vaillants personnels de santé et de sécurité. Je souhaite également que la riposte se mène à l'échelle de la commune pour une appropriation plus adaptée et des résultats plus efficaces», recommande-t-il.

Avant de révéler que le Conseil des ministres de ce matin va définir les contours de cette nouvelle mesure restrictive partielle. «Et, à compter de demain (ce mercredi 6 janvier, ndlr), en Conseil des ministres, nous verrons en détail les mesures qui vont accompagner cette nouvelle loi phare dans la lutte contre la Covid. Mais, il faut une dimension particulière pour la stratégie vaccinale au même moment que nous devons faire face, bien entendu, aux cas graves qui sont dans nos hôpitaux», a conclu le Président tout en demandant aux détracteurs du vaccin Covid de savoir raison garder.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.