Congo-Kinshasa: Tensions entre le FCC et le cach en RDC - Jusqu'où ira le bras de fer ?

analyse

Depuis le 31 décembre 2020, le président congolais, Félix Tshisékédi, a nommé un Informateur chargé d'aller à la recherche d'une nouvelle majorité présidentielle. Modeste Bahati Luwebo, puisque c'est de lui qu'il s'agit, qui est un transfuge du Front commun pour le Congo (FCC), sait que la mission à lui confiée est très délicate mais ne boude pas son plaisir. Il est déjà au charbon puisqu'il ne dispose que de trente jours renouvelables une fois, pour rendre les conclusions de ses travaux au chef de l'Etat.

C'est dans ce contexte que s'est ouverte le 5 janvier 2020, une session extraordinaire de l'Assemblée nationale sur fond de tensions entre les deux ex-alliés que sont le FCC de Joseph Kabila et le CACH de Félix Tshisékédi. Il faut rappeler que la convocation de la présente session extraordinaire qui a destitué le dernier rescapé du bureau sortant de l'Assemblée nationale, a finalement été autorisée par la Cour constitutionnelle qui a donné carte blanche au bureau provisoire au moment où des voix s'élevaient de plus en plus pour remettre en cause sa légitimité à prendre certaines décisions. Si, au moment où nous tracions ces lignes, le calendrier de l'élection d'un bureau définitif n'était pas connu, on sait, en revanche, qu'au cours de cette session, le gouvernement de Sylvestre Ilunga pourrait être visé par une motion de censure.

La chienlit entre les deux ex-alliés a atteint son paroxysme

Le président Félix Tshisékédi a déjà annoncé les couleurs puisqu'il a formellement demandé au Premier ministre Ilunga qui est un pro-Kabila, de rendre le tablier même si celui-ci renâcle encore à le faire. En tout cas, un député issu du MCC de Jean-Pierre Bemba, qui ne cache pas son ras-le-bol, promet, au cours de la session, d'introduire une motion de censure contre le gouvernement Ilunga.

Jusqu'où ira donc le bras de fer entre le FCC et le CACH, qui a fini même par affecter le fonctionnement des institutions en République démocratique du Congo (RDC) ? C'est la question que plus d'un se pose avec appréhension ; tant la chienlit entre les deux ex-alliés a atteint son paroxysme. Faut-il pour autant plaindre Félix Tshisékédi ?

Assurément non, d'autant que ce qui lui arrive était prévisible. Car, on ne peut pas pactiser avec le diable et vouloir que celui-ci ne vous cherche pas des noises. Et c'est ce qui arrive aujourd'hui à Tshisékédi qui, on se rappelle, avait trahi ses camarades de l'opposition pour s'allier à Joseph Kabila qui, après avoir fait des pieds et des mains pour confisquer le pouvoir, était à la recherche d'un faire-valoir qu'il pourrait, dans l'ombre, manipuler à sa guise.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.