Afrique: Energies renouvelables - Comment l'Afrique construit une voie énergétique différente

La transition vers les énergies renouvelables en Afrique a progressé de manière impressionnante au cours de la dernière décennie, de nombreux pays s'étant efforcés d'accroître leur capacité d'énergie renouvelable ces dernières années.

Les prévisions de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) - l'organisation intergouvernementale chargée de faciliter la coopération, de faire progresser les connaissances et de promouvoir l'adoption et l'utilisation durable des énergies renouvelables - indiquent qu'avec des politiques, une réglementation, une gouvernance et un accès aux marchés financiers appropriés, les énergies renouvelables pourraient représenter jusqu'à 67 % de la production d'électricité en Afrique subsaharienne d'ici 2030. Le continent pourrait également satisfaire près d'un quart de ses besoins énergétiques par l'utilisation d'énergies indigènes, propres et renouvelables d'ici 2030.

La bonne nouvelle, c'est que les arguments en faveur de l'énergie propre en Afrique n'ont jamais été aussi convaincants qu'aujourd'hui, avec une demande énergétique aussi forte en raison de la croissance démographique, de l'urbanisation croissante, de l'industrialisation et du commerce, et du changement climatique, entre autres facteurs.

Vera Songwe

Sous-secrétaire générale des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique

M. Adnan Amin, directeur général de l'IRENA, affirme que de nombreux pays en Afrique adoptent de plus en plus les énergies renouvelables comme moyen de passer à un avenir énergétique durable.

"Comme signe prometteur des choses à venir, plusieurs pays africains ont déjà réussi à prendre les mesures nécessaires pour développer les énergies renouvelables, telles que l'adoption de politiques de soutien, la promotion des investissements et la collaboration régionale", a déclaré M. Amin lors de la 9e session de l'Assemblée de l'agence, qui s'est tenue à Abu Dhabi l'année dernière.

Selon l'Agence internationale pour les énergies renouvelables, des pays comme l'Égypte, l'Éthiopie, le Kenya, le Maroc et l'Afrique du Sud ont fait preuve d'un engagement ferme en faveur d'une utilisation accélérée des énergies renouvelables modernes et sont à la tête des efforts de transition énergétique, tandis que certains des plus petits pays d'Afrique, dont le Cap-Vert, Djibouti, le Rwanda et le Swaziland, ont également fixé des objectifs ambitieux en matière d'énergies renouvelables. D'autres pays suivent le mouvement et les énergies renouvelables sont en augmentation sur tout le continent.

Par exemple, l'Afrique a fait de grands progrès dans le développement de ses marchés de l'énergie solaire au cours des dernières années, le continent connaissant une croissance de plus de 1,8W des nouvelles installations solaires, principalement sous l'impulsion de cinq pays : l'Égypte, l'Afrique du Sud, le Kenya, la Namibie et le Ghana.

Dans le même temps, M. Daniel-Alexander Schroth, directeur par intérim pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique à la Banque africaine de développement (BAD), se dit confiant dans le fait que les choses sont sur la bonne voie et que les énergies renouvelables en Afrique connaissent une croissance accélérée.

"Nous avons récemment vu les tarifs de l'énergie solaire photovoltaïque descendre en dessous de 0,04 $, ce qui en fait la forme de production d'électricité la moins chère et le choix logique pour une capacité supplémentaire", a déclaré M. Schroth à Afrique Renouveau.

Au cours des dernières années, les solutions d'énergie renouvelable de l'Afrique se sont avérées économiquement viables, dit-il, étayées par des innovations significatives dans toutes les technologies. En particulier, le coût de l'électricité produite par les systèmes photovoltaïques solaires (PV) à l'échelle du service public a diminué de 82 % entre 2010 et 2019, tandis que la tendance est similaire pour les projets éoliens, avec une baisse de 50 à 60 % entre 2010 et 2019.

En conséquence, le bouquet d'énergies renouvelables de l'Afrique est progressivement passé des centrales hydroélectriques et thermiques traditionnelles à des solutions renouvelables, à la fois pour accélérer l'accès à l'énergie et pour soutenir une croissance économique durable.

Par exemple, plus d'un tiers de l'électricité du Maroc est déjà renouvelable, grâce à la centrale solaire de Noor Quarzazate, le plus grand parc solaire concentré du monde.

Un rapport de l'Agence internationale des énergies renouvelables pour 2019 : "Scaling up Renewable Energy in Deployment in Africa", a noté que le continent est doté d'importantes ressources d'énergie renouvelable, et qu'il est en mesure d'adopter des technologies durables innovantes et de jouer un rôle de premier plan dans l'action mondiale visant à façonner un avenir énergétique durable.

À la BAD, M. Schroth affirme qu'il est essentiel de soutenir les activités de développement de projets depuis leur lancement jusqu'à leur pleine maturité d'investissement, afin d'augmenter le nombre de projets bancables. Il note qu'il est également vital d'atténuer les risques pour attirer les investisseurs privés en fournissant des garanties partielles de risque, et d'accroître le rôle des investissements concessionnels tels que les instruments de dette et de subvention mixtes.

"Nous devons avant tout mobiliser les marchés de capitaux et les institutions financières locales; créer des installations dédiées à l'augmentation des investissements dans les énergies renouvelables et offrir une assistance technique aux institutions, régulateurs et services publics nationaux et régionaux afin de créer un environnement favorable et un cadre réglementaire harmonisé", déclare M. Schroth.

Facilité bancaire

La Facilité pour l'inclusion énergétique (FEI), incubée par la BAD, est un bon exemple de programme qui peut accélérer le déploiement de solutions d'énergie renouvelable, selon M. Schroth. Il s'agit d'une plateforme d'investissement qui fonctionne grâce à deux fonds dédiés créés pour fournir un financement par emprunt à des projets d'énergie renouvelable hors réseau, en mini-réseau et à petite échelle sur réseau.

Selon le rapport 2020 de l'Agence internationale de l'énergie, les énergies renouvelables sont appelées à prendre la tête du secteur mondial de l'électricité.

La réduction des coûts et un soutien politique soutenu devraient favoriser une forte croissance des énergies renouvelables au-delà de 2022.

Malgré les défis posés par la pandémie COVID-19, les fondements de l'expansion des énergies renouvelables n'ont pas changé. En Afrique, les énergies renouvelables devraient connaître une forte croissance et représenter près de la moitié de la croissance de la production d'électricité dans les régions subsahariennes du continent d'ici 2040.

Maximilian Jarrett, le responsable du programme Afrique de l'Agence internationale de l'énergie, a déclaré à Afrique Renouveau que les énergies renouvelables sont déjà compétitives en termes de coûts, mais il a souligné l'urgence de les rendre compétitives par rapport à d'autres investissements que les gens pourraient vouloir faire.

"Nous estimons que dans des conditions politiques favorables, les ajouts annuels d'énergie solaire photovoltaïque pourraient atteindre un niveau record de 150 gigawatts (GW) d'ici 2022 - une augmentation de près de 40 % en trois ans seulement. Les mesures de relance économique axées sur les énergies propres peuvent soutenir directement ou indirectement les énergies renouvelables", déclare M. Jarrett.

Select Author:

Les carburants renouvelables pour le transport, note M. Jarrett, sont un domaine de soutien potentiel particulier, car le secteur a été gravement touché par la pandémie de COVID-19. Il est possible et nécessaire d'en faire plus.

S'exprimant en septembre dernier lors du lancement du Centre mondial sur l'adaptation en Afrique, à Abidjan, Côte d'Ivoire, M. Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), a réitéré l'engagement de la banque à promouvoir les énergies renouvelables et a appelé à un effort concerté pour mobiliser et combler le déficit de financement.

La BAD considère la part croissante des sources d'énergie renouvelables variables, telles que le solaire et l'éolien, comme une opportunité d'investir dans des systèmes énergétiques plus flexibles afin de garantir que les sources d'énergie renouvelables variables soient intégrées de manière efficace et fiable. Les systèmes de stockage par batterie apparaissent comme l'une des solutions potentielles pour accroître la flexibilité des systèmes, en raison de leur capacité unique à absorber, retenir puis réinjecter rapidement l'électricité.

"Il est clair que de nouveaux investissements importants sont désormais indispensables pour accélérer la croissance des énergies renouvelables en Afrique, afin de garantir une énergie suffisante, abordable et fiable pour tous les citoyens et de favoriser des transitions énergétiques inclusives, justes et durables. Les gouvernements peuvent jouer un rôle de catalyseur en promouvant et en mettant en œuvre des interventions politiques pour permettre cette accélération. Celles-ci pourraient être liées à des actions connexes visant à renforcer la sécurité énergétique, à augmenter les investissements dans les infrastructures et à promouvoir la croissance de l'économie verte", a-t-il déclaré.

Le point de vue de la CEA

Vera Songwe, Sous-secrétaire générale des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, déclare que les énergies renouvelables offrent la possibilité de fournir un accès à l'énergie à plus de 70 % des Africains qui n'y ont pas accès actuellement.

"La bonne nouvelle est que les arguments en faveur des énergies propres en Afrique n'ont jamais été aussi convaincants qu'aujourd'hui, avec une demande d'énergie aussi forte en raison de la croissance démographique, de l'urbanisation croissante, de l'industrialisation et du commerce, et du changement climatique, entre autres facteurs", déclare Mme Songwe

Selon Mme Songwe, la courbe d'apprentissage pour le déploiement des énergies propres en Afrique s'améliore dans un contexte de baisse spectaculaire du coût des technologies d'énergie renouvelable, avec des investissements transformateurs du secteur privé dans des pays comme le Maroc, le Kenya, le Sénégal et la Zambie qui ont permis d'obtenir des tarifs parmi les meilleurs du monde pour le solaire photovoltaïque.

A La Une: Afrique

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.