Congo-Kinshasa: Lettre ouverte à l'équipe de Crise du FCC - Entre Le sort politique de KABILA et l'avenir du pays

document

(Maître TSHISWAKA MASOKA HUBERT, Avocat et directeur général de l'Institut de recherche en droits humains(IRDH))

INTRODUCTION

La présente réflexion est adressée aux coordonnateurs de la cellule de crise du Front Commun pour le Congo (FCC);

Mesdames et messieurs, TSHIBANDA N'TUNGAMULONGO Raymond (président), MANARA LINGA Didi (vice-président), MPANDE MWABA Liliane (rapporteure), MUSHOBEKWA-LIKULIA Marie-Ange (Questeure).

La forme de lettre ouverte est justifiée par l'objectif de porter la pensée citoyenne sur les risques de dérapage dans les prises de position des membres du FCC. Elle vise aussi à influencer la trajectoire politique attendue du rapport de la cellule. En fait, tout citoyen moyen se sentirait interpellé par les tribunes du professeur KIKAYA BIN KARUBI Barnabé. Elles sont de nature à impacter négativement le futur de la République. Sinon, l'intérêt devrait être orienté vers le "contrôle citoyen" du nouveau régime en place. Les lignes suivantes exposent, (i) le contexte politique actuel de la RDC ;(ii) les risques auxquels exposent les publications décriées ; (iv) une opinion relative aux violations des droits humains ; et (v) la conclusion portant sur le rôle attendu du FCC et de l'ancien président et sénateur à vie, Monsieur KABILA KABANGE JOSEPH.

CONTEXTE

Tout observateur politique averti peut constater que de la rude bataille politique et sans merci, entre le camp du président TSHISEKEDI TSHILOMBO Félix contre celui de l'ancien président KABILA, la balance penche en faveur du président en exercice. À ce sujet, le Coordonnateur du FCC, le professeur Néhémie MWILANYA WILONDJA avait fait remarquer le 11 décembre dernier que "Le FCC a perdu une bataille importante. Mais son combat pour la préservation des acquis démocratiques, de l'unité nationale et de stabilité, en vue de l'émergence du pays, est loin de s'arrêter. À tous les patriotes de resserrer les rangs derrière ces challenges" 2. Dans cet état d'esprit, la présidente évincée de l'Assemblée nationale, note sportivement, dans sa lettre du 23 décembre, au président du bureau d'Age faisant l'intérim de l'institution, qu'elle est disposée à procéder à la remise et reprise, en exécution de l'arrêt de la Cour Constitutionnelle du 15 décembre 2020, sous RCONST 1438. En marge du jeu politique encours dans les institutions publiques, le président du Conseil d'administration de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), monsieur YUMA MULIMBI Albert, l'un des proches de l'ancien président KABILA, est évincé, le 23 décembre au profit de Monsieur KASEMBO NYEMBO Dieudonné. Par ailleurs, outre des anciens opposants au président KABILA, à l'instar de messieurs KATUMBI CHAPWE Moïse et BEMBA NGOMBO Jean-Pierre ; un nombre considérable de partis et personnalités politiques du FCC rejoignent le nouveau regroupement politique du Président TSHISEKEDI dénommé Union Sacrée pour la nation. A titre illustratif, on peut citer le ministre PALUKU KAHONGYA Julien, le gouverneur du Sud-Kivu NGUABIDGE KASI Théo et la vice-gouverneur du Lualaba, Madame MASUKA SAINI Fifi.

PERCEPTION ERRONEE DU CONTEXTE

La tribune intitulée "protéger Joseph Kabila" relève désormais du devoir citoyen (II)" de KIKAYA, du 24 décembre, résume l'antagonisme pour conquérir/conserver le pouvoir, au niveau national, en un conflit entre les katangais et Kasaïens. Dans sa section titrée "engager Fatshi dans une épreuve susceptible de finir mal pour le pays", KIKAYA BIN KARUBI procède par l'absurde à démontrer des "guerres fratricides" du Katanga et leurs acteurs, comme suit :"En 1960, les ennemis du Congo avaient utilisé cet axe [Katanga-Kasaï] en misant sur Moïse Tshombe et Albert Kalonji [... ] En 1990,[... ] Ils vont miser sur le tendem Tshisekedi et Nguz.

La crise de leadership surgie entre ces deux personnalités aura pour effet l'épuration ethnique opérée au Shaba (Katanga) à l'encontre des Kasaïens vivant dans la province cuprifère ; en 1997, ils joueront carrément la carte Étienne Tshisekedi contre Laurent Désiré Kabila. De 2001 à 2017, encore la carte Étienne Tshisekedi contre Joseph Kabila. De 2017 à ce jour, malgré la parenthèse de la coalition FCC-CACH (2019-2020), il se relève qu'ils jouent désormais et à découvert la carte Félix Tshisekedi 3 contre Joseph Kabila, avec cette particularité d'engager plus le Premier dans une épreuve susceptible de finir mal pour le pays". Cette conclusion historique du contexte politique de la RDC est inexacte. Car elle ignore la dynamique actuelle des partis et personnalités politiques qui participent à cette lutte au niveau National. En réalité, KABILA et ses alliés non katangais est en face de KATUMBI, BEMBA,NYAMISI, BAHATI, THÉO KASI, PALUKU, MASUKA, BOMBOLE, MUYAMBO et tant d'autres alliés à Tshisekedi qui ne sont pas des Kasaïens. Extirper du contexte politique la participation des citoyens d'autres provinces, revient à exposer le pays au risque de violence inter-ethnique. KIKAYA le sait. Il joue sur l'antagonisme des groupes rivaux qu'il sait exister, depuis 1960, dans la région du Katanga. Il approfondit la division de la population, exacerbe le sentiment des fanatiques de KABILA et ceux de Tshisekedi, et prédit "Une épreuve susceptible de finir mal pour le pays".

Venant de lui, cette évocation de "guerres fratricides" est dangereuse. Journaliste professionnel, expert en communication, Professeur et ancien député national, KIKAYA sait comment atteindre et faire réagir sa cible, cette partie de la population Katangaise qui croit en lui. En plus, comme son conseiller, il a l'oreille attentive de l'ancien président de la République et sénateur à vie qui dispose des moyens de sa politique. KIKAYA est un homme intelligent. Il lit beaucoup. Il sait que la guerre est un acte de violences dont l'objectif est d'imposer sa volonté à son adversaire politique. À défaut d'en avoir la connaissance, il devrait savoir, comme disait un officier prussien, le général Carl Von Clausewitz que la guerre n'est qu'un prolongement de la politique par d'autres moyens". Chez les Balubas du Kasaï, il y'a Un proverbe qui dit : "Bitshikila tu boya" (que ça se déverse pour qu'on ramasse). Il résume la morale tirée de la bible, 1Rois 3:27, selon laquelle, devant le roi Salomon, l'une des deux femmes qui se disputaient la maternité de l'enfant dit : "Il ne sera ni à moi ni à toi. Coupez-le! ".

RISQUE DE NOUVELLES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS

Penser à un retour éventuel à la guerre, c'est exposer inutilement le pays aux nouvelles graves violations des droits humains et des poursuites internationales contre leurs auteurs.

Un tel risque n'a aucun sens et n'aboutira à rien.

D'ailleurs, la tribune de KIKAYA rappelle que les politiciens de 1960 n'avaient pas su examiner les Kasaïens, en dépit du soutien des puissances étrangères à la mise en œuvre de la politique de Kifakiyo (Le balai), des moyens financiers, du personnel 4 de renseignements et des forces armées de l'État indépendantiste Katangais. De même, ceux des années 90 n'avaient non plus su examiner les Kasaïens, malgré le soutien du président MOBUTU à l'exécution de l'opération Bilulu (Les insectes) et la mise à disposition des forces armées zaïroises. A se demander, avec quels moyens, ceux de 2020 y parviendront-ils, sachant que la population Kasaïenne du Katanga s'est multipliée de manière exponentielle, par rapport à celle des années 60. En somme, faire de la guerre contre son peuple, une stratégie politique, est une aberration. Même si le sentiment anti-kasaïen est toujours palpable dans les rues du Katanga, rien n'y changera un iota. Les politiciens véreux contribueront à en faire leur fonds de commerce et les citoyens ordinaires continueront à vivre ensemble.

CONCLUSION : ROLES DU FCC DE ET L'ANCIEN PRESIDENT

Le Front Commun pour le Congo (FCC) n'a que très peu de chances de survivre. Dans son état actuel, il est difficile de critiquer la mauvaise gouvernance du nouveau régime, ni mobiliser des citoyens autour d'une cause commune ou de l'idéal commun qu'est le rêve d'une Nation congolaise unie, viable et prospère.

Ce qui explique des astuces intellectuelles montées contre une frange de la population. L'invoquer revient à rappeler dès tristes histoires de tortures à l'ANR de KALEV ; des emprisonnements et exils forcés des opposants politiques ; des exécutions sommaires et disparitions forcées des défenseurs des droits humains/Mouvements citoyens ; des pillages révélés dans Panama papers ; ainsi que des spoliations des terres des villageois et maisons de l'État. La Commission de crise du FCC a le devoir de réunir le courage politique nécessaire pour recommander la dissolution de cette machine et d'en créer une nouvelle qui pourrait remplir les missions fixées par l'article 6 de la Constitution en cours en RDC, à savoir : (I) Concourir à l'expression du suffrage, (II) renforcer la conscience nationale et (III) éduquer les citoyens à la gestion de la chose publique. Cette nouvelle structure devra se doter des instruments, Outils et -Organes de sa gestion pouvant la projeter dans L'avenir du pays et participer à panser les plaies de la Nation, par des mécanismes de justice transitionnelle.

En ce qui concerne l'ancien président KABILA KABANGE JOSEPH, il convient de réitérer les conditions prévues par la Constitution et la loi organisant son statut, à savoir : (I) Respecter les devoirs prévus par la Constitution et la loi qui n'accordent aucune exonération au préjudice des intérêts de l'État congolais, de ses institutions ou de son peuple et (II) se soumettre à l'obligation de réserve, de dignité, de patriotisme et de loyauté envers l'Etat.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.