Ghana: L'armée intervient au sein du Parlement en pleine session à Accra

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, et le président du Ghana, Mike Oquaye, au parlement du Ghana, le 31 juillet 2019.

L'armée est intervenue, dans la nuit du mercredi 6 janvier au jeudi 7 janvier, dans l'enceinte du Parlement pour rétablir le calme entre les députés du parti au pouvoir et de l'opposition. La tension est montée au moment de l'élection du président de la chambre. Des observateurs font déjà un parallèle avec la situation aux États-Unis.

Un député du parti au pouvoir a tenté de s'emparer de l'urne contenant des bulletins de vote lors de l'élection du président de la chambre. Et c'est finalement un député de l'opposition, du Congrès national démocratique, qui a été élu.

Certains dénoncent déjà une honte pour la démocratie ghanéenne, car jamais l'armée n'avait dû intervenir dans la chambre du Parlement pour rétablir l'ordre. « L'armée n'a pas sa place ici », ont scandé des députés de l'opposition qui voient dans cette intervention une tentative du gouvernement de s'accrocher au pouvoir.

Ces événements coïncident avec l'investiture, ce jeudi, du président Nana Akufo-Addo, pour un deuxième mandat, après sa victoire aux élections du 7 décembre 2020. Une victoire toujours contestée par l'opposition qui n'accepte pas sa défaite et cela rend la gestion du Parlement compliquée.

En effet, c'est un Parlement hautement divisé, chaque camp dispose de 137 députés élus. Ce qui a donné lieu à une grande tension. Il y a eu des scènes ahurissantes, comme celle d'une députée du camp du pouvoir filmée en train de s'asseoir sur les genoux de son homologue de l'opposition, car celui-ci était assis de son côté, du côté de la majorité.

Des événements inédits qui rappellent la situation aux États-Unis où Donald Trump refuse de reconnaître sa défaite à la manière du NDC au Ghana. Mais c'est là où les parallèles se terminent. Les Ghanéens ne veulent plus suivre l'exemple de Washington. Tout le monde observe aujourd'hui la réaction de la délégation américaine attendue lors de l'investiture de Nana Akufo-Addo pour voir si elle va appeler au respect de la démocratie, alors que le président américain a tant de mal à le faire.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.