Tunisie: Des blessés de la révolution de 2011 en grève de la faim depuis deux semaines

Tensions sociales à Tataouine en Tunisie

Le pays s'apprête à marquer jeudi, le dixième anniversaire de la chute de Ben Ali. Mais la liste des personnes tuées et blessées lors de la révolution de jasmin, en janvier 2011, n'a toujours pas été publiée au Journal officiel. Elle devrait faire figurer 130 morts et plus de 600 blessés. Un groupe de blessés et familles de martyrs, jugeant ce retard insupportable, a forcé l'entrée du bureau du président de l'instance des martyrs et blessés. Ils affirment qu'ils n'en ressortiront qu'une fois la liste publiée.

La vingtaine de personnes déterminées n'a qu'un seul mot d'ordre : faire appliquer la loi en publiant la liste officielle. Ce qui permettrait une reconnaissance pour ces blessés et familles de personnes tuées.

Omar Idoudi, blessé le 13 janvier 2011, vit avec des broches dans le bras qui entrainent régulièrement des complications : « Je vais à l'hôpital, je paie avec mes sous. Comme tous les blessés de la révolution, le gouvernement il s'en fout de nous. Combien y a-t-il de blessés de la révolution ? Normalement, la vérité, 3600. Mais ils ont changé, ils ont 600 confirmés. » Lui-même dit figurer sur la liste.

Pour Wael Karrafi qui a perdu une jambe suite à des tirs policiers à Kasserine, cette publication est essentielle : « Publier cette liste permettrait déjà de reconnaitre que la révolution a bien eu lieu. Et ça permettrait à la justice de faire son travail contre les responsables. Même s'ils sont devenus aujourd'hui des responsables officiels. »

Contraint de quitter son bureau où des matelas sont installés, Abderrazak Kilani comprend la demande qu'il qualifie de légitime. Mais le président de l'instance des martyrs et blessés de la révolution, nommé par le chef du gouvernement, n'a pas les moyens de faire publier cette liste : « Il faut que la décision soit prise dans ce sens. C'est une affaire politique. Moi je ne fais pas de politique, je suis là en mission noble pour continuer l'oeuvre de la justice transitionnelle. »

Le chef de l'État, Kaïs Saïed, a affirmé que ce dossier figurait parmi ses priorités.

A La Une: Tunisie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.