Congo-Brazzaville: Les immortelles chansons d'Afrique - « Missengue » de Pierre Mountouari

« Missengue » est l'un des grands succès de l'année 1981. Écrite, chantée et arrangée par Pierre Mountouari, cette chanson occupe toujours une place importante dans la galerie musicale africaine.

Ce titre a été écrit après des problèmes conjugaux entre l'artiste et Jacqueline Missengue, la mère de ses enfants pour qu'elle revienne à la raison. Enregistré en France au studio Johanna Bagnolet, sous la référence SM.LP 8101, ce disque microsillon 33 tours est le fruit de la coopération entre Pierre Mountouari et le label « SEDIM ». Dès sa sortie, « Missengue » imposa sa suprématie sur la musique africaine avant de faire le tour du monde et de remporter un disque d'or.

Structuré en deux parties, ce morceau qui débute par un son de guitare fascinant dispose d'une première partie dans laquelle rayonne le lyrisme vocal de Pierre Mountouari : « Toyokanaki ngai na yo Missengué, yeba ngai na yo bolingo ewuta kala, liteya ya suka kotika te, koboya te nzoto na ngai ya yo, koboya te nzoto na yo ya ngai ». « Nous nous étions accordés Missengue, sache que cela fait longtemps que notre amour existe, n'abandonne pas l'ultime conseil, ne refuse pas car mon corps t'appartient, n'abandonne pas car ton corps m'appartient ». On retrouve l'extrait de cette première partie dans la chanson « Calvaire » de Bouro Mpéla dans l'album « Affaire d'Etat » de l'orchestre Quartier Latin de Koffi Olomidé.

Dans la deuxième partie de ce morceau, l'auteur demande à Missengué de faire attention à la médisance des ennemis de leur couple : « Oh Missengue sala keba Missengue, oh Missengue na banguna Missengue ». Comme nous le témoignait Ignace Nkounkou, dit Master mwana Congo, guitariste atypique de la scène musicale africaine décédé le 8 janvier 2019, dont nous saluons la mémoire en ce jour du deuxième anniversaire de sa mort : « Alors que Pierre Mountouari enregistrait Missengue, Jacob Desvarieux qui se chargeait de la prise de son au studio Johanna va s'inspirer de ce refrain pour composer sa célèbre chanson Oh Madiana en 1982 ».

En 2006 à Brazzaville, Espin Mbambi et Claise Manono, alias K.C 3 du groupe de rap S Dollar, en featuring avec Freddy Massamba, réalisèrent le remix de cette chanson intemporelle dans leur album « Urbhaine Kronik », sous le titre de Ragots trottoirs ; un projet qui a vu le jour grâce à l'éditeur Armand Mondjo du Label Dee Soul in Town.

Voici la line up de l'opus « Missengue » : guitare solo Master Mwana Congo, accompagnement Gérard Kibouolo, guitare intermédiaire Achile, voix Pierre Mountouari et Promiel, percussions Prospère Nkouri, basse Thom, batterie Boffit. Né le 3 avril 1950 à Kinkala, en République du Congo, Pierre Mountouari débute véritablement sa carrière avec l'orchestre Sinza Kotoko en 1968 avec lequel il remporta, en 1973, la médaille d'or au festival de Tunis. De 1973 à 1975, il crée Les Sossa. En 1979, il se lance dans la carrière solo. Il a été récipiendaire du trophée Ngouomo Africa en 1994 et d'un kundé d'honneur en 2013.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.