Togo: Kégué-Kélégougan - Un nouveau jour pour les conducteurs de tricycles

L'antenne locale du syndicat national des conducteurs de tricycles passagers (SYNATRICP) se remet en place avec un nouveau bureau dont l'installation a eu lieu sous l'échangeur de Kégué-Kélégougan.

La cérémonie a été présidée ce jeudi par Emmanuel Komlan AGBENOU en sa qualité de secrétaire général de la FESYTRAT (fédération des syndicats des travailleurs des transports du Togo) et de la CSTT (confédération syndicale des travailleurs du Togo).

« 132 syndicats de base sont membres de la CSTT, soyez donc rassurés que vous faites partie d'une grande famille qui vous soutient bien. Votre devoir est d'être en contact permanent ou servir de courroie de transmission avec le bureau national. Vous devez travailler de sorte à instaurer la paix et l'Union ici à la station de Kégué Kélégougan. Certes, des malentendus interviendront, vais, vous devriez les surpasser afin de trouver une solution et faire l'Union et la confraternité », a-t-il prodigué comme conseils aux nouveaux responsables du SYNATRICP de Kégué-Kélégougan.

La division de la sécurité routière (DSR), un des partenaires des conducteurs dans leur vie de tous les jours, a aussi pris part à la rencontre et son représentant n'a pas non plus manqué d'inviter les conducteurs en général et les membres du bureau en particulier à de bons comportements.

« Gouverner les humains, ce n'est pas facile ; mais si vous y mettez, vous y arriverez. Quant à nous, nous sommes là et nous serons là. Si vous respectez les règles, nous collaborerons en paix. Mais, dans le cas contraire, vous nous trouverez toujours sur vos chemins. Faisons tout pour éviter le problème au lieu de penser à une négociation que on sera tous devant le fait accompli. Violation de feux rouges, consommation d'alcool et autres NON ! La loi c'est la loi, on l'applique et il n'y a pas de problème », a souligné le représentant de la DSR.

Le SYNATRICP Kégué-Kélégougan avait déjà un bureau local mais miné par des problèmes suite à la défection de son président qui est allé créer une association avec quelques membres et se liguer donc contre l'organisation syndicale.

Apéti Avévi, secrétaire général local Cimtogo du SYNATRIP et représentant le bureau national, a rassuré les nouveaux responsables et ses camarades sur cette question. Il les a donc encouragés à la cotisation syndicale comme le prévoient les textes régissant le fonctionnement des syndicats.

« L'article 13 du Code de travail nous autorise à créer des syndicats ou à nous mettre en syndicat. Mais, les ressources du syndicat viennent des membres eux-mêmes, notamment le droit d'adhésion qui est de 2500 francs CFA chez nous. Il y a aussi achat de ticket de 200f contre 100f autrefois. Ce qui supprime donc ce que nous appelions par 'tour-tsi' », a souligné Apéti Avévi.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.