Gabon: "Nous voici donc en 2021..."de FMEN

L'actualité politique au Gabon est florissante ces deux derniers mois.

Du congrès de l'Union nationale à celui du Rassemblement Héritage et modernité en passant les choix des formations politiques par certains leaders ,Firmin Michel Emvo Nzue, un observateur de la scène politique donne son point de vue.

Je suis tenté de donner mon avis au vue de ce qui se déverse sur la place publique actuellement. En effet, tout se passe comme si nous étions déjà en campagne électorale. Beaucoup de compatriotes changent de camp politique, pour qui, ces querelles politiciennes ne sont pas la préoccupation première des populations gabonaises, sont (contraints et forcés) entraînés dans une ambiance délétère faite d'invectives et de menaces sourdes qui caractérisent désormais le débat politique.

A croire que certains leaders politiques de l'opposition, pas très rassurés sur leur sort, ont choisi de pourrir le climat durant les mois précédents les élections présidentielles de 2023.

Puis, il y a cette dégradation générale du discours public, notamment à travers les publications locales des réseaux sociaux. On observe en effet, une nette propension de ces publications à exacerber certains penchants au sectarisme et à la xénophobie.

La tendance est à l'outrance tous azimuts même si parfois il faut utiliser le mensonge et la calomnie. Un penchant que l'on retrouve sur les réseaux sociaux devenus étrangers à ce qui faisait le charme. C'est à dire la création des liens d'amitié entre des individus qui, autrement n'auraient jamais eu l'occasion de se connaître ou échanger.

Aujourd'hui, il est quasiment impossible de parcourir Facebook ou Twitter sans être confronté à des propos malsains et déshonorants provenant de pseudo « leader d'opinion ou des activistes de tel »...

A ce que nous sachions, les Gabonais, en majorité , souhaitent avoir un discours franc, objectif et sérieux sur les problématiques de bien-être et de développement individuel et collectif. A aucun moment, ils n'ont exprimé le vœu et le désir d'assister à des diatribes injurieuses des égos surdimensionnés des prétendus leaders politiques de l'opposition, qui n'ont d'autre légitimité que la vacuité de leur propre existence. Nous l'avons observé au congrès de l'UN, et actuellement avec la déchirure du RPM & HÉRITAGE MODERNITÉ.

Alors, prenons garde à ce que les uns et les autres, nous disons lorsque nous nous exprimons sur des questions touchant au devenir de notre pays, notre Gabon.

Loin de vous disputer les raisons objectives ou subjectives de votre mouvement politique, je ne peux manquer de mettre à bout certains faits constants qui jettent un doute profond sur votre bonne foi.

Il est de notoriété publique que nombre de vos leaders sont définitivement en accointance avec l'opposition politique. Le fait en lui-même n'est pas condamnable. Il est normal que tout citoyen gabonais de choisir son obédience politique. Mais là où la chose devient choquante, c'est lorsque ces mêmes leaders politiques utilisent la tribune pour faire avancer leur cause politique au préjudice de ce que ce pays a de plus cher, à savoir la jeunesse.

C'est en ces termes que je vous réitère en tous et chacun, MES MEILLEURS VŒUX pour le nouvel an 2021.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.