Mali: Affaire de tentative de déstabilisation - Le collectif des avocats de la défense réfute les accusations

Le pool d'avocats pour la défense des personnalités impliquées dans l'affaire dite d'« atteinte à la sûreté de l'Etat » a animé une conférence de presse, vendredi, à la Maison de la presse, pour réfuter les accusations contre les mis en cause.

Pour Me Kassoum Tapo, il n'y a jamais eu de rencontre autour du Dr Boubou Cissé. « C'est faux, qu'ils le prouvent », s'est-il écrié, en soutenant que l'ancien Premier ministre et Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath ne sont jamais vus ni parlé au téléphone, depuis le 18 août dernier.

Parlant, d'Aguibou Tall, demi-frère du Dr Boubou Cissé, Me Tapo s'est demandé « depuis quand une personne ne peut pas rendre visite à son frère sans être accusé de complot ». Concernant la disparition du Dr Cissé, Me Tapo s'est, aussi, demandé pourquoi son client devrait attendre que des personnes non identifiées viennent le tuer Parce que, à l'en croire, lorsque six personnes lourdement armées ont fait une descende chez l'ancien Premier ministre, « nous avons appelé la Sécurité d'Etat qui a affirmé que ce n'était pas ses agents ».

« Est-ce qu'un destin présidentiel est une infraction au Mali ? Il y a une contradiction si Dr Boubou Cissé qui nourrirait des ambitions présidentielles, déstabiliserait, en même temps, la transition. Car, il n'y aurait pas d'élection et pas de président sans élection », a schématisé Me Tapo.

Me Kassoum Tapo a persisté dans ses démonstration en disant : « il y a une contradiction lorsqu'il est dit que Sékou Traoré (Ndlr, secrétaire général de la présidence) aurait bouleversé l'agenda du président de la transition alors que c'est plutôt le directeur de cabinet qui s'occupe de cet agenda ». Il a ajouté que le marabout Lassana Kané est l'oncle de Sékou Traoré qui ne lui a jamais rendu visite depuis qu'il a été nommé secrétaire adjoint à la présidence.

Et Me Abdouramane Touré d'affirmer : « aucun élément de preuve n'existe sur la prétendue accusation de distribution de viande à la présidence. Qu'on présente les viandes sous scellées comme éléments de preuve ».

Pour Me Marcel Céccaldi, il n'y a rien dans ce dossier pour engager une poursuite. Il a même exigé des preuves matérielles de la thèse de l'atteinte à la sûreté de l'Etat ou à la déstabilisation. Me Céccaldi a qualifié l'affaire d'action politique. « Lorsque l'action politique se mêle de la justice, ne parlons plus de justice », a-t-il dit. L'avocat au barreau de Paris n'a pas écarté l'option de saisir la Cour de justice de la CEDEAO.

Le collectif des avocats de la défense des personnes suspectées, sous la houlette de Me Kassoum Tapo, entouré de Me Marcel Ceccaldi, avocat au Barreau de Paris, Me Abdouramane Touré du barreau du Mali, compte une dizaine d'autres avocats.

Dans un communiqué, publié jeudi dernier, le Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la Commune III de Bamako, Mamadou Kassogué, a annonce que pour faire la lumière sur des faits d'atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat dénoncés au Parquet par les services de sécurité, le juge désigné pour instruire l'affaire, a ordonné le placement en détention provisoire de Mahamadou Koné, trésorier payeur général, Vital Robert Diop, Directeur général de la société du Pari mutuel urbain (PMU-Mali), Souleymane Kansaye, Receveur général du District, Aguibou Macky Tall, directeur général adjoint de l'Agence de gestion du fonds d'accès universel (AGEFAU), le chroniqueur-radio, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath.

L'ancien Premier ministre, Boubou Cissé, « est resté introuvable », précise le procureur.

Pour ce qui concerne Sékou Traoré, « qui est aussi cité dans l'affaire », son statut de magistrat et sa fonction de secrétaire général de la présidence lui conférant rang de ministre, les éléments d'enquêtes le concernant ont été transmis au Procureur général près la Cour suprême.

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.