Afrique: L'UA doit faire pression pour un accès équitable aux vaccins Covid-19

Covid-19 vaccine
communiqué de presse

L'accès nécessite une solidarité mondiale, une technologie partagée et une renonciation aux règles de propriété intellectuelle.

Julia Mwangaza* est une praticienne de la santé de 41 ans dans un hôpital de Dar es Salaam, la plus grande ville de Tanzanie. Lorsque je lui ai parlé récemment, elle a exprimé la crainte que, compte tenu du nombre croissant de cas de COVID-19 dans la région, le personnel de santé soit bientôt débordé et incapable de s'occuper de ses patients.

Mme Mwangaza s'est également inquiétée du fait que la fin de COVID-19 et de son impact sur la communauté ne semble pas être en vue.

"Je doute que nous, les pauvres, soyons un jour vaccinés", a-t-elle déclaré. "A moins qu'ils n'aient trop peur que nous les contaminions, les pays occidentaux ne seront jamais aussi généreux."

Alors que des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni ont pré-réservé un grand nombre de doses de vaccins, de nombreux Africains se demandent si la production et la distribution de ces vaccins seront équitables et justes.

"Si les pays riches continuent à augmenter leur part de l'accord, le chemin sera long jusqu'à ce que l'Africain moyen soit vacciné", déclare Daniel Ncube*, un médecin du Zimbabwe.

Mme Mwangaza, le Dr Ncube et les autres professionnels et experts africains de la santé que j'ai interrogés ces dernières semaines ont des raisons d'être inquiets.

En octobre, Human Rights Watch a publié un rapport traitant de la perspective troublante selon laquelle les gouvernements riches, disposant des ressources nécessaires pour réserver à l'avance des centaines de millions de doses des quantités limitées de vaccins COVID-19 actuellement disponibles, signifient que les pays à faible et moyen revenu seront contraints d'attendre ce qui reste.

Oxfam International a rapporté en septembre 2020 que les pays à revenu élevé avaient déjà réservé 51 % des doses de plusieurs vaccins candidats de premier plan, alors que ces pays ne représentent que 13 % de la population mondiale.

Global Justice Now a déclaré en novembre 2020 que plus de 80 % des doses de vaccins de Pfizer et BioNTech ont déjà été achetées par une poignée de pays - tous des pays développés en dehors de l'Afrique.

Le 7 novembre 2020, le président de l'Union africaine, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, a convoqué une réunion avec d'autres dirigeants africains afin d'élaborer une stratégie sur les options d'acquisition et de financement des vaccins COVID-19 en Afrique, dont il a estimé le coût à au moins 12 milliards de dollars.

Le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC), estime qu'il faudrait 1,5 milliard de doses pour vacciner 60 pour cent des 1,3 milliard d'Africains, à raison de deux doses chacune.

Alors que la vaccination est déjà en cours aux États-Unis et au Royaume-Uni, les vaccins n'atteindront probablement pas les pays africains avant la mi-2021, a prévenu le Dr Nkengasong.

L'OMS estime qu'il faudra peut-être jusqu'en 2024 vacciner le monde entier contre le COVID-19.

Pourtant, les gouvernements africains et l'UA pourraient soutenir trois initiatives majeures qui contribueraient à garantir que le continent n'est pas laissé à la traîne dans la lutte mondiale pour mettre fin à la pandémie:

La première initiative est le dispositif COVAX, une initiative mondiale qui réunit les gouvernements et les fabricants pour faire en sorte que les vaccins COVID-19 atteignent les personnes qui en ont le plus besoin. Cette initiative pourrait profiter aux pays africains si elle réussit à obtenir des fournitures de vaccins suffisantes à des prix abordables qui minimisent la dette.

Mais même avec cette aide, le continent n'aurait pas assez de doses pour vacciner 60 % de la population. C'est pourquoi deux autres initiatives mondiales sont essentielles pour remédier à la pénurie de vaccins et garantir que l'accès universel et équitable puisse être une réalité.

afin de créer le COVID-19 Technology Access Pool (C-TAP), un pool commun partagé de droits sur les technologies, les données et le savoir-faire que chacun dans le monde pourrait utiliser pour fabriquer tous les produits médicaux nécessaires à la lutte contre la COVID-19, y compris les vaccins.

En décembre 2020, seuls six pays d'Afrique - l'Égypte, le Mozambique, l'Afrique du Sud, le Soudan, la Tunisie et le Zimbabwe - avaient approuvé l'appel à l'action de solidarité du C-TAP, la seconde initiative.

La troisième initiative est une dérogation, proposée, en octobre 2020 par l'Inde et l'Afrique du Sud, à certaines dispositions de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), un accord juridique international entre tous les membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La dérogation proposée permettrait à tous les pays du monde de collaborer à la réponse à la COVID-19, y compris au développement et à la distribution du vaccin, sans être indûment entravés par la complexité des lois et des restrictions régissant la propriété intellectuelle. Des pays comme le Kenya, Eswatini et le Mozambique se sont associés pour coparrainer la proposition.

Dr Solomon Ayele Dersso, le président de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP) a récemment appelé à l'UA pour qu'elle prenne la tête de cette initiative pour l'Afrique. Les experts d'autres organisations internationales ont également bien accueilli la proposition de dérogation.

Ces différents appels révèlent l'urgence pour les gouvernements africains et l'UA de garantir à leurs citoyens l'accès aux vaccins COVID-19.

En outre, davantage d'États membres de l'UA devraient coparrainer et soutenir la proposition de l'Inde et de l'Afrique du Sud à l'OMC et utiliser les flexibilités de l'ADPIC au niveau national. L'UA pourrait convoquer une réunion des chefs d'État et de gouvernement de l'UA sur la proposition de dérogation aux ADPIC afin d'envoyer un message de solidarité fort et uni.

Les États membres de l'UE devraient également demander que des conditions concrètes soient imposées pour tout financement de la recherche, du développement, de la fabrication ou de la distribution du vaccin COVID-19 nécessitant un transfert de technologie. Ces conditions garantiraient le partage de toute la propriété intellectuelle, des données et autres savoir-faire pour permettre la fabrication en masse des vaccins candidats retenus. ;

L'UA et ses États membres peuvent prendre ces quelques mesures concrètes pour contribuer à assurer l'équité, la transparence et la justice autour de la fabrication et de la distribution des vaccins COVID-19.

La vie et la santé de Mme Mwangaza, du Dr Ncube, et de millions d'autres Africains peuvent en dépendre.

*Nom d'emprunt

directrice du plaidoyer pour l'Afrique à Human Rights Watch.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X