Niger: Des milliers de déplacés après les massacres dans la région de Tillabéri

Des milliers de Nigériens ont fui la région de Tillabéri où s'est déroulée,, le 2 janvier dernier, une attaque particulièrement meurtrière contre deux villages du département de Ouallam. Cela se trouve dans l'ouest du pays, dans la zone dite des « trois frontières », proche du Mali et du Burkina Faso.

Cette attaque qualifiée de terroriste par les autorités avait fait une centaine de victimes. Mais ce sont les habitants de douze villages au total qui ont fui par peur de nouvelles exactions, comme l'explique Jean-Sébastien Josset, porte-parole du HCR basé à Niamey.

Au total, 10 000 personnes ont fui les villages attaqués et douze villages environnants. A ce jour, ce sont les autorités du Niger qui dispensent l'aide d'urgence aux populations, à savoir le ravitaillement en nourriture et l'enregistrement des personnes déplacées. Elles assurent parallèlement la sécurisation de la zone qui permettra à l'ensemble des acteurs humanitaires de se déployer et de dispenser une aide d'urgence : abri, soins de santé et psychologiques.

Jean-Sébastien Josset

Pour tenter de réaffirmer la présence de l'État après ces attaques meurtrières et renforcer la cohésion sociale, un forum s'est tenu ce samedi à Ouallam en présence de ministre de l'Intérieur, du gouverneur, de leaders communautaires, religieux et politiques.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.