Cameroun: Deuxième trimestre - L'obsession de boucler les programmes

C'est le défi à relever par les établissements scolaires de Ngaoundéré pour ce tournant décisif de l'année scolaire.

Un vidéo projecteur et des élèves de la classe de 3e hyper concentrés avec les yeux rivés sur le mur de leur salle de classe. Ils suivent attentivement le cours de PCT (Physique-chimie-technologie) en ligne dispensé depuis le site web du ministère des Enseignements secondaires (Minesec). La scène s'est déroulée Vendredi dernier au lycée classique et moderne de Ngaoundéré sous la coordination de Mr. Baima, enseignant de PCT en présentiel. Le professeur chargé de cette matière explique les formules non comprises par certains de ses élèves. C'est que dans cet établissement scolaire, tout est mis à contribution, y compris le E-learning, pour rattraper le taux de couverture du programme qui situé à 36 % au lieu de 50%, au premier trimestre. « Nous sommes obligés d'aller vite et bien. Cette plateforme numérique est sollicitée en marge des cours normaux pour nous permettre de rattraper les cours et de booster leur rythme de couverture qualitativement et quantitativement. Nous sommes tenus de rattraper les 14% du premier trimestre et de boucler les 50% consacrés au second trimestre qui regorge de jours fériés », explique Dairou Pempeme, le censeur.

Du côté du lycée de Sabongari, le souci reste pratiquement le même : celui de rattraper le programme des cours. 35 à 40 % des cours ont été dispensés au premier trimestre dans cet établissement scolaire. Pour combler le gap et boucler la programmation du second trimestre, le proviseur Samuel Maioua Lamba a décidé de mettre les bouchées doubles pour atteindre son objectif. « Nous avons 10 % à combler. Nous devons aller en congé de Pâques avec tous les cours soldés. Pour cela, nous veillons à la présence effective des enseignants, du respect de la fiche de progression des enseignements, l'animation pédagogique avec les chefs de département afin que la réalisation des 100 % des enseignements soit atteint », a poursuivi Pouamoun Youba, le censeur. Concernant les festivités marquant la Fête de la Jeunesse, l'administration rassure que tout se fera dans la sobriété en raison de la pandémie à Corona virus. « Nous n'allons pas mobiliser les élèves comme dans les années antérieures », a précisé notre interlocuteur.

Dans le primaire, la directrice de l'Ecole primaire d'application de Sabongari II B, Louise Damakoa Djidere, indique que les emplois de temps ont été planifiés par rapport aux objectifs visés. « Pendant les cours, nous allons droit à l'essentiel. Les cours d'EPS, de langue et culture nationale sont transformés en cours d'éveil pour ne pas perdre du temps. Nous grignotons sur le temps consacré à la récréation qui est passé de 30 à 10 minutes, question de rattraper les heures de cours surtout que ce trimestre est court par rapport au premier », confie notre interlocutrice. Ici comme dans d'autres écoles primaires, le personnel enseignant veut à tout prix boucler le pourcentage des cours alloués à chaque trimestre de l'année scolaire 2020-2021 marquée par le Covid-19.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.