Maroc: Deux semaines de détention pour l'universitaire Maâti Monjib

Maati Monjib

L'historien, journaliste et défenseur des droits humains a été arrêté à Rabat au Maroc, le 29 décembre dernier, avant d'être placé en détention provisoire.

Détenu en quarantaine, il devrait être déféré devant le juge d'instruction le 20 janvier prochain. Maâti Monjib est accusé de blanchiment d'argent. Il est déjà poursuivi pour « malversations financières » et « atteinte à la sécurité de l'État » depuis 2015.

Mais pour ces soutiens, ces deux affaires sont liées et ces nouvelles accusations ne sont qu'une pression de plus exercée sur le militant par les autorités.

Depuis 2015, il passe devant le tribunal. Il y a eu 21 audiences qui ont toutes été reportées, avant même qu'elles ne commencent. Donc ils n'ont rien trouvé de sérieux sur lequel le tribunal peut se baser pour juger Maâti Monjib et ses camarades.

C'est une habitude des autorités marocaines d'ouvrir des procès comme ça, contre des défenseurs, des activistes, des opposants et de les laisser ouverts. Ils ne sont jamais fermés, jamais classés, ils ne sont jamais jugés... C'est comme une épée de Damoclès pour ces activistes. C'est une pratique (utilisée pour réprimer) et (faire) pression sur les (militants).

Khadija Riadi, membre de l'AMDH (Association marocaine des droits de l'homme) et membre du comité de soutien de Maâti Monjib

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.