Cote d'Ivoire: Désobéissance civile - Les chefs des tribus de Toumodi expriment leur regret à Amedé Kouakou

11 Janvier 2021

Le mot d'ordre de désobéissance civile lancé le 20 septembre 2020 par la plateforme de l'opposition, à la faveur de l'élection présidentielle du 31 octobre, a engendré de nombreuses destructions de biens privés et publics.

Cet appel a également causé des pertes en vie humaine. Deux collaborateurs du ministre de l'Équipement et de l'Entretien routier Amedé Kouakou ont été tués à Ably, son village natal, dans le département de Toumodi.

Devant ces faits regrettables, une vingtaine de chefs de sept tribus de la capitale de la région du Bélier ont effectué le déplacement, le samedi 9 janvier, à sa résidence à Divo, pour lui exprimer leurs condoléances et leurs regrets à la suite du décès de ses proches dans des conditions tragiques.

« La période électorale du 31 octobre 2020 nous a conduits dans une situation regrettable. Nous avons vécu les conséquences du mot d'ordre du boycott actif dans nos villages à Toumodi et particulièrement à Ably, village natal du ministre Amedé Kouakou. Les parents ont déploré ce qui s'est passé, parce qu'il y a eu mort d'hommes », a regretté Kouamé N'Goran, le porte-parole de la délégation des têtes couronnées.

Il a aussitôt décliné leur responsabilité dans ces évènements. Pour lui, ce sont des jeunes dont ils ignorent la provenance qui ont commis ces actes condamnables. Le sage a pris l'engagement pour que ce genre d'actions ne se reproduise plus dans leur localité. Kouamé N'Goran, s'adressant à leur jeunesse, a invité celle-ci à écouter religieusement leurs parents.

Amedé Kouakou, coordonnateur régional Rhdp dans le Lôh-Djiboua, a salué le geste de ces garants de la tradition. Il s'est félicité de la portée de leur acte qui ne va que dans le sens de la réconciliation nationale. Après la chefferie de Toumodi, le ministre de l'Equipement et de l'Entretien routier a successivement rencontré les restauratrices et tenancières de maquis de Divo et un groupe de jeunes femmes de sa cité.

Une fois la présentation mutuelle de vœux de nouvel an achevée, Amedé Kouakou a demandé aux différents membres des délégations de prier pour que la Côte d'Ivoire demeure en paix afin qu'ils puissent exercer tranquillement leurs activités. Il les a instruits aussi sur les enjeux des élections législatives en Côte d'Ivoire.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.