Madagascar: Le retour des sanctions pour restaurer la discipline

L'alerte est maintenant vraiment sérieuse. L'augmentation des cas positifs et du nombre de décès constatée dans le bilan hebdomadaire du CCO montre qu'il faut vraiment faire preuve de vigilance et tout faire pour un respect strict de la discipline.

Le ministère de la Santé a décidé de prendre ses responsabilités et travaille en collaboration avec les forces de l'ordre pour un retour aux gestes barrières et pour l'obligation du port du masque. Le relâchement de ces derniers temps se paye au prix fort et il est nécessaire de mettre un frein au laisser-aller.

Les Malgaches se sont persuadés que le pays était hors de danger et que l'épidémie de Covid-19 avait été maîtrisée. La diminution du nombre de contaminations durant le dernier trimestre de l'année 2020 était là pour rassurer. Les autorités sanitaires, elles-mêmes, n'ont plus été aussi rigoureuses dans leurs recommandations. La population s'est sentie libérée et a décidé de reprendre ses habitudes d'avant la Covid-19. Une grande partie a banni le port du masque et n'a plus respecté les gestes barrières. Le foyer de contamination qui a été détecté à l'université d'Antsiranana a déclenché l'alerte.

Mais la situation a été maîtrisée. La semaine dernière, les cinquante cas positifs de l'université de Mahajanga ont inquiété les autorités qui ont fermé le campus. L'apparition de variantes du virus, hors de nos frontières, ont fait prendre conscience des nouveaux risques que le pays peut courir. Le bilan sanitaire présenté le week-end dernier a fait monter d'un cran l'inquiétude déjà perceptible ces derniers temps.

C'est donc normalement que le ministère de la Santé a pris des mesures très strictes pour empêcher l'épidémie de redémarrer. Le retour aux gestes barrières et le port du masque obligatoire sont préconisés sous peine de sanctions sévères. Le danger est là et il faut absolument y parer.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.