Maroc: Les séparatistes du "polisario", des pions dans le jeu politique algérien (média indonésien)

Jakarta — Les séparatistes du "polisario" sont utilisés comme des pions dans le jeu politique algérien, indique mardi le portail d'information indonésien "Kompasiana".

"Le +polisario+ a perdu le soutien de nombreux pays africains et latino-américains (...). La plupart de ses activités sont contrôlées par l'Algérie", écrit l'auteur de l'article, le journaliste Veeramalla Anjaiah.

Il a également souligné que tous les droits des Sahraouis prisonniers des "camps de Tindouf" ont été bafoués par le "polisario".

"Personne n'est autorisé à quitter les camps de Tindouf. Les Sahraouis souhaitant rejoindre le territoire marocain ont été réprimés par le +polisario+ d'une main de fer", a regretté M. Anjaiah.

En cas de guerre, la souffrance de plus de 50.000 séquestrés sahraouis va devoir augmenter, a-t-il dit, affirmant que les milices du "polisario" ne sont pas à la hauteur du Maroc.

Les séparatistes "doivent accepter le fait qu'ils ne gagneront jamais contre un Maroc plus fort", a conclu l'auteur de l'article.

Par ailleurs, le journaliste a relevé que les provinces du Sud du Royaume connaissent un boom économique, soulignant que leur population jouit d'un environnement pacifique et stable et d'une vie décente.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.